Trois réchauffements planétaires ont précédé et suivi l’impact d’un astéroïde il y a 66 millions d’années

Avant et après l’impact de l’astéroïde massif au large de l’actuel Mexique, il y a quelque 66 millions d’années, trois épisodes de réchauffement climatique ont eu lieu. L’impact de l’astéroïde a provoqué un changement climatique mondial et une extinction de masse, notamment la disparition des dinosaures, mais les trois épisodes de réchauffement climatique, selon les chercheurs, ne sont pas liés à l’astéroïde mais sont dus aux cycles de Milankovitch.

Les trois événements

Le premier événement, appelé LMWE, est daté entre 66,25 et 66,10 millions d’années et est antérieur à l’impact. Les deux autres événements, nommés Dan-C2 et LC29n, sont datés respectivement de 65,8 et 65,7 millions d’années et de 65,48 et 65,41 millions d’années.
On pense que ces trois événements ont été provoqués par les intenses activités volcaniques qui, à peu près à cette époque, ont touché la région du Deccan, l’Inde actuelle. Toutefois, ces dernières années, cette hypothèse a été fortement remise en question. Selon plusieurs scientifiques, les grandes quantités de gaz qui ont été émises dans l’atmosphère au cours de ces périodes peuvent avoir été causées par d’autres événements.

Analyse des sédiments des falaises de Zumaia

C’est également l’avis de l’équipe de chercheurs dirigée par Sietske Batenburg, de la Faculté des sciences de la Terre de l’Université de Barcelone, et Vicente Gilabert, Ignacio Arenillas et José Antonio Arz, de l’Institut universitaire de recherche en sciences de l’environnement d’Aragon (IUCA-Université de Saragosse).
Les chercheurs ont analysé les couches géologiques des falaises de Zumaia, au Pays basque, déposées entre 66,4 et 65,4 millions d’années. Deux types de sédiments se sont accumulés dans ces couches, l’un riche en argile et l’autre plus riche en carbonate.

Grâce également à cette caractéristique, les chercheurs ont pu exploiter la forte rythmicité de la sédimentation pour analyser les variations cycliques de l’orientation et de l’inclinaison de l’axe terrestre par rapport à la rotation de la Terre ainsi qu’au mouvement autour du Soleil (cycles de Milankovitch), comme l’explique Batenburg.
De cette manière, les chercheurs ont pu calculer une date plus précise qu’auparavant pour les trois épisodes climatiques qui se sont produits en même temps que l’extinction des dinosaures.

Le réchauffement climatique causé par les cycles de Milankovitch

Les chercheurs ont conclu que le LMWE, le premier réchauffement planétaire à se produire avant l’impact, a produit une augmentation des températures moyennes mondiales de 2 à 5° Celsius. Cet événement s’est produit en même temps que plusieurs épisodes éruptifs dans le Deccan.
Cependant, les chercheurs, sur la base de leur analyse, pensent que les trois changements climatiques mondiaux qui se sont produits entre 250 000 ans avant l’impact et 200 000 ans après l’impact ont été causés par des changements dans la rotation de la Terre et son orbite autour du Soleil et non par le volcanisme du Deccan.
Ces changements, également connus sous le nom de cycles de Milankovitch, sont périodiques et peuvent réguler les quantités de rayonnement provenant du Soleil, modifiant fortement les températures mondiales.

L’extinction de masse a été causée par un astéroïde, pas par d’autres.

Ces changements ne sont pas liés à l’extinction massive provoquée alors par l’impact. Leur effet a peut-être été renforcé par le mutualisme du Deccan, mais dans tous les cas, le changement climatique s’est produit sur des échelles de centaines de milliers d’années.
“Ces données confirmeraient que l’extinction a été causée par quelque chose de complètement extérieur au système terrestre : un impact d’astéroïde qui s’est produit 100 000 ans après ce changement climatique du Crétacé supérieur (le LMWE)”, expliquent les chercheurs. “De plus, les 100 000 dernières années avant la limite K/Pg (l’extinction de masse causée par l’astéroïde, ndlr) sont caractérisées par une grande stabilité environnementale sans perturbations évidentes, et la grande extinction de masse des espèces s’est produite instantanément à l’échelle des temps géologiques.”

Hot news

A ne pas manquer