TikTok se défend après le blocus en Inde : « N’a jamais livré de données d’utilisateurs à la Chine ».


NEW DELHI – TikTok est toujours dans la ligne de mire des autorités pour de prétendus problèmes de respect de la vie privée des utilisateurs. Le réseau social chinois lancé en septembre 2016 est en effet l’une des 59 applications chinoises bloquées hier par New Delhi au nom de la sécurité nationale indienne, dans le cadre de l’escalade à la frontière entre les deux pays, dans la région de l’Himalaya. La société a nié avoir communiqué des données d’utilisateurs indiens au gouvernement chinois. « TikTok continue de respecter la sécurité et la confidentialité des données conformément à la loi indienne et n’a partagé aucune information sur ses utilisateurs en Inde avec des gouvernements étrangers, y compris le gouvernement chinois », a déclaré la filiale indienne de la société dans un communiqué de presse. La plateforme est extrêmement populaire parmi les jeunes Indiens, qui représentent environ un tiers de ses utilisateurs dans le monde.

Le ministère des technologies de l’information de New Delhi a dénoncé que les applications « mettent en danger la souveraineté et l’intégrité de l’Inde, la défense, la sécurité et l’ordre public de l’Inde ». Le problème est la sécurité des données et donc la vie privée de 1,3 milliard d’Indiens, il est souligné que « diverses sources » ont fait remarquer que les applications « ont volé des données et transmis subrepticement des données d’utilisateurs de manière non autorisée ».

TikTok, qui a été développé par le chinois ByteDance et compte 120 millions d’utilisateurs en Inde, a été immédiatement retiré des plateformes Apple App et Google Play. La société a veillé à ce que l’application de partage de vidéos soit conforme aux règles de protection des données et de sécurité « requises par la loi indienne ». Ce sont les États-Unis qui ont commencé à dénoncer les risques posés par l’application, certains sénateurs demandant une enquête sur la société. Il est difficile pour le gouvernement indien de cibler les intérêts chinois en Inde sans porter préjudice aux entreprises indiennes dans lesquelles il a beaucoup investi. En commençant par le secteur de la téléphonie mobile.