Refroidissement global d’il y a 13 000 ans causé par les volcans et non par les météorites

Les publications d’études concernant le fort refroidissement global qui s’est produit sur Terre il y a environ 13 000 ans se poursuivent. La Dryas dite récente est en fait une période qui a duré environ 1200 ans de climat très froid causé par une glaciation rapide des régions situées à des latitudes plus élevées qui a contrasté avec une précédente phase de réchauffement qui avait plutôt conduit à un certain niveau de déglaciation.

Récents Dryas

Cet événement de refroidissement a, entre autres, entraîné l’extinction de diverses espèces telles que les mammouths et les mastodontes et a favorisé l’occupation de l’Amérique du Nord par les populations de la culture Clovis.
Depuis plusieurs années, nous nous posons deux questions sur cet événement : était-il vraiment mondial ? Quelle en est la cause ?
Si pour la première question, les scientifiques semblent plus ou moins d’accord pour dire qu’il s’agit d’un phénomène qui a impliqué pratiquement le monde entier, pour la deuxième question, celle concernant la cause qui a déclenché la période de froid, il y a beaucoup plus de doutes.

Volcans ou impact de météores ?

Les deux principales théories qui entendent expliquer les causes de cette période froide plus ou moins soudaine relèvent de la théorie du volcanisme ou de celle de l’astéroïde qui a eu un impact sur la Terre.
Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université du Texas à Houston, de l’université Baylor et de l’université Texas A&M, l’événement de refroidissement n’a pas été causé par quelque chose venant de l’espace.
Les chercheurs ont examiné les grottes du centre du Texas où se trouvent plusieurs couches sédimentaires qui ont parfaitement conservé les signatures géochimiques de cette période.

Plusieurs signatures géochimiques répétées

Selon les chercheurs, ces signatures géochimiques correspondent à celles des gaz volcaniques et suggèrent que de fortes éruptions volcaniques ont dû se produire à cette époque, signatures que d’autres chercheurs auraient confondues avec un phénomène d’impact météorologique.
« La signature géochimique associée à l’événement de refroidissement n’est pas unique mais s’est produite quatre fois entre 9 000 et 15 000 ans », explique Alan Brandon, professeur de géosciences à Houston qui a dirigé l’étude, suggérant qu’il s’agissait d’événements répétés et non d’un seul événement d’impact.

Eruptions dans la majeure partie de l’hémisphère nord

Selon les scientifiques à l’origine de cette étude, les causes du refroidissement sont essentiellement les puissantes éruptions volcaniques qui ont rejoint diverses autres causes climatiques qui ont déclenché le processus de refroidissement global.
Les puissantes éruptions se sont probablement produites dans l’hémisphère nord, en Amérique du Nord et peut-être même en Europe.

Article précédentL’intelligence artificielle découvre une jeune galaxie importante
Article suivantLa perte de poids chez les jeunes femmes n’améliore pas toujours les performances aérobiques