Maximum thermique du Paléocène-Eocène, ce qui s’est passé lors du réchauffement climatique il y a 55 millions d’années et ce qui pourrait encore se passer aujourd’hui

Crédit : Zyn Chakrapong, Shutterstock, ID : 1238011132

Les scientifiques ont émis l’hypothèse que les causes du Palaeocene-Eocene Thermal Maximum (PETM), un changement climatique qui s’est produit il y a environ 55 millions d’années, peuvent être attribuées à une libération plus ou moins soudaine de méthane du fond de l’océan ou à la fonte tout aussi massive du permafrost ou de la tourbe en Antarctique. Cependant, on sait peu de choses sur ce changement climatique global, qui a produit une transition avec un réchauffement global relatif et une augmentation de la température allant jusqu’à 8° Celsius, ainsi qu’une augmentation significative du niveau des mers.

Analyse des pollens fossiles

Les scientifiques ont formulé cette hypothèse en analysant d’anciens sédiments marins. Une nouvelle étude, cependant, se fonde sur les pollens fossiles, des traces réparties dans le monde entier qui peuvent rester préservées dans des roches anciennes et offrir des informations considérables sur l’environnement et le climat de l’époque.
Dans cette nouvelle étude, publiée dans la revue Paleoceanography and Paleoclimatology,[1] les chercheurs suggèrent que l’augmentation du dioxyde de carbone dans l’atmosphère a joué un rôle très important pendant cette transition.

Comparaisons fructueuses avec le pollen moderne

Les chercheurs ont analysé l’évolution de la végétation au cours de cette période en étudiant au microscope les grains de pollen fossiles. Comme l’apparence du pollen change en fonction des méthodes de pollinisation utilisées par les plantes et que chaque plante possède un pollen unique, les chercheurs ont pu effectuer des comparaisons utiles avec le pollen moderne et ont trouvé plusieurs correspondances.

Migrations des plantes

Le pollen fossile analysé par les chercheurs provenait de divers échantillons prélevés sur 38 sites sur tous les continents, y compris l’Antarctique. Les chercheurs ont noté certains changements dans la composition florale qui pourraient être liés à une migration massive des plantes, ce qui suggère un changement climatique global. La migration des plantes est un phénomène dans lequel la propagation d’une famille ou d’une espèce de plante change en raison d’une diffusion différente des graines. Les graines peuvent pousser mieux dans un endroit que dans un autre et cette caractéristique peut être modifiée par le climat. Une plante connue pour bien pousser à des latitudes plus basses, par exemple, et donc à des températures plus chaudes, a tendance à se répandre à des latitudes plus élevées avec le réchauffement climatique. Une plante peut “migrer” jusqu’à plus de 500 mètres par an. Comme nous parlons de périodes de plusieurs milliers ou centaines de milliers d’années, le mouvement des plantes sur de grandes distances peut fournir de nombreuses informations.

Changements identifiés par les chercheurs

Par exemple, les chercheurs ont constaté que les marais de cyprès chauves qui poussaient dans la région de l’actuel Wyoming ont soudainement été remplacés par des palmiers. Ils ont également constaté que les forêts humides tempérées de podocarpes (un genre de conifères) étaient tout aussi rapidement remplacées par des forêts subtropicales de palmiers.
En général, les chercheurs ont conclu que le PETM a entraîné des climats beaucoup plus chauds et humides dans les zones proches des pôles, et ce dans les deux hémisphères. Dans les zones de latitude moyenne, cependant, le climat est devenu plus chaud et saisonnièrement plus sec. En revanche, toutes ces informations nous donnent une idée de ce qui pourrait encore arriver à notre planète avec le réchauffement climatique en cours.

Hot news

A ne pas manquer