Longues émissions spatiales, équilibre du microbiome intestinal des astronautes très important

Parmi les différents effets liés au séjour dans l’espace, par exemple pendant plusieurs mois sur la Station spatiale internationale, il y a aussi des effets sur la santé gastro-intestinale. Dans une nouvelle étude parue dans Frontières en physiologie une équipe de chercheurs propose des traitements ciblés sur le microbiome intestinal afin de protéger les astronautes eux-mêmes, notamment en vue d’une longue mission comme celle qui devrait amener les premiers humains sur Mars.

Le fait d’être dans un environnement de microgravité, comme celui de la Station spatiale internationale, peut en effet avoir des conséquences sur l’estomac et les intestins et divers effets, dont des nausées. Ces effets peuvent ensuite entraîner des modifications du régime alimentaire et donc une interruption ou une modification substantielle du microbiome intestinal, ce qui peut à son tour entraîner d’autres problèmes de santé, notamment des inflammations, des infections et des troubles métaboliques tels qu’une moindre sensibilité à l’insuline.
« Les modifications du microbiome sont susceptibles d’entraîner une rupture dans la relation équilibrée et complexe entre les microbes et leur hôte humain, avec des répercussions potentiellement graves sur la fonctionnalité des systèmes corporels », explique Silvia Turroni, professeur à l’université de Bologne qui a mené l’étude avec le professeur Martina Heer de l’université de Bonn.

Selon Mme Turroni elle-même, des études menées dans le passé ont suggéré que des contre-mesures telles que celles liées à l’utilisation de prébiotiques ou de probiotiques peuvent être utiles aux voyageurs de l’espace. Mais pour comprendre quels sont les plus spécifiques et les meilleurs pour un traitement plus efficace des astronautes, il faudra des études plus approfondies et plus