L’extinction massive du Permien a été beaucoup plus lente sur terre que dans les océans – Science News.co.uk

Lystrosaurus pendant l’extinction de masse du Permien tardif (crédit : Gina Viglietti)

Il y a 252 millions d’années s’est produit ce qui est encore connu comme le plus grand événement d’extinction de masse à survenir sur notre planète. Au cours de cette période, de gigantesques éruptions volcaniques ont provoqué des changements climatiques mondiaux qui se sont avérés catastrophiques pour la plupart des espèces animales. Les modèles d’extinction concernant les espèces qui se sont éteintes en premier et en dernier et celles qui ont survécu sont encore incomplets. Une nouvelle étude, publiée dans PNAS, tente de combler partiellement cette lacune en fournissant quelques informations intéressantes qui, entre autres, pourraient être utiles pour comprendre l’avènement des dinosaures eux-mêmes qui, après cette extinction, ont entamé leur longue phase de domination de la planète.

Les êtres vivants terrestres se sont éteints sur une plus longue période.

Selon les chercheurs, les êtres vivants sur terre se sont éteints sur une période plus longue que la vie dans l’océan.
Selon Pia Viglietti, chercheuse au Field Museum de Chicago et auteur principal de l’étude, on a tendance à regrouper l’extinction de la vie marine avec celle de la vie terrestre au cours de cette période, mais cette étude montre que l’extinction des espèces terrestres a été plus lente.

Analyse de 588 fossiles d’animaux vertébrés à quatre pattes…

À la fin du Permien, sur une période d’environ 100 000 ans, plus de 85 % des espèces qui vivaient dans les océans se sont éteintes. Mais à quelle vitesse les espèces terrestres se sont-elles éteintes ? Pour y voir plus clair, le chercheur et ses collègues ont examiné les fossiles de 588 vertébrés à quatre pattes, tous endémiques de l’actuel bassin du Karoo, en Afrique du Sud, au moment de l’extinction.
Les chercheurs ont construit une base de données en séparant les fossiles par âge et en créant des groupes avec des échantillons pour des intervalles de temps de 300 000 ans.

Lystrosaurus

« Pour comprendre les schémas d’extinction à partir de centaines de fossiles, nous avons utilisé un type de mathématiques appelé statistiques. Lorsqu’une espèce disparaît, il se peut qu’elle se soit éteinte ou qu’elle soit encore là, attendant d’être découverte, mais jusqu’à présent non détectée », explique Roger Benson, professeur de paléobiologie à Oxford, qui a participé à l’étude.
Les chercheurs se sont principalement intéressés au Lystrosaurus, un proche parent des premiers mammifères qui, selon l’espèce, pouvait varier en taille. L’examen des fossiles de ce groupe de mammifères suggère que l’extinction du Permien a été différente sur terre que dans les océans et a duré plus longtemps, environ 10 fois plus longtemps.

Les océans sont moins « aptes » à s’adapter au changement climatique

Mais pourquoi cette divergence ? Selon les chercheurs, les océans constituent un environnement moins propice à l’adaptation au changement climatique que la terre. Ils peuvent se stabiliser jusqu’à un certain point car ils peuvent absorber beaucoup de dioxyde de carbone et augmenter leurs températures et, plus ou moins soudainement, des perturbations fatales peuvent se produire pour des écosystèmes entiers, comme l’acidification des océans ou, comme nous le voyons aujourd’hui, le blanchiment des coraux, comme l’explique Viglietti elle-même.

Hot news

Très émouvante : Úrsula Corberó a fait ses adieux à La casa de papel.

La casa de papel s'apprête à faire ses adieux avec sa dernière saison sur Netflix, et Úrsula Corberó a déjà partagé un post émouvant. La...

Les stars de Falcon and the Winter Soldier s’expriment sur les questions sociales

Les stars de Falcon et du Soldat de l'hiver ont parlé des questions sociales qu'elles ont cherché à aborder dans la série pour susciter...

La matière noire pourrait être détectée par des accéléromètres en laboratoire – Science News.co.uk

Les scientifiques et les astronomes du monde entier tentent de comprendre, avec des méthodes parfois très différentes, la nature de la matière noire, un...

A ne pas manquer