Les bousiers en déclin en Amazonie, un phénomène inquiétant

Le phénomène Niño contribuerait à l’effondrement du nombre d’insectes en Amazonie selon une nouvelle étude menée par une équipe internationale de chercheurs. Ce dernier a analysé plus de 14 000 bousiers appartenant à 98 espèces différentes et provenant de 30 zones forestières de l’État du Parà, en Amazonie, au Brésil.
Selon les chercheurs, les événements plus chauds et plus secs dus au phénomène mondial du Niño ont un « effet alarmant » sur la biodiversité des insectes dans la forêt amazonienne et contribuent à un « effondrement mondial inquiétant des insectes ».

Le phénomène Niño, en particulier dans la période de deux ans 2015-2016, a produit des phases de sécheresse très importantes. Ceci, combiné aux activités humaines, telles que l’agriculture et la déforestation, a contribué au développement d’incendies tout aussi importants en Amazonie qui ont brûlé plusieurs millions d’hectares de forêt.
Les chercheurs se sont concentrés sur les bousiers car ils sont considérés comme essentiels pour la diffusion des nutriments et des graines dans la forêt et peuvent donc être utilisés comme des indicateurs importants pour comprendre la santé globale de l’écosystème de la forêt amazonienne.

En 2010, les chercheurs ont recensé environ 8000 coléoptères dans les zones étudiées. Cependant, en 2017, après le phénomène Niño, le nombre de coléoptères aurait dépassé 2600 et, en général, toutes les zones forestières examinées ont connu une diminution substantielle du nombre d’insectes terrestres.
« Notre enquête fournit des indications importantes sur la façon dont les activités humaines et les extrêmes climatiques peuvent agir ensemble et influencer la biodiversité des forêts tropicales et le fonctionnement de l’écosystème », déclare Filipe França du Centre environnemental de Lancaster à l’université de Lancaster et l’un des auteurs de l’étude.

Ce sont des pertes importantes : les bousiers sont des animaux travailleurs dont dépendent de nombreuses plantes pour leur propagation. Selon les chercheurs, il est probable que le déclin de ces coléoptères, qui dépendent des fèces des mammifères pour leur nourriture et leur survie, soit associé au même déclin des mammifères causé par la sécheresse et le feu.