L’astéroïde Psyché est peut-être le reste d’une planète qui ne s’est jamais formée…

Psyche, l’un des astéroïdes les plus massifs de la ceinture d’astéroïdes, pourrait être ce qui reste d’une planète qui ne s’est jamais formée. Quelques chercheurs du Laboratoire national de Los Alamos qui ont publié une étude dans la revue Icarus.
Les chercheurs sont en effet parvenus à la conclusion que Psyché a une composition métallique et poreuse, pratiquement un astéroïde métallique, ce qui indique qu’il est le résidu d’un noyau planétaire, c’est-à-dire d’une planète qui était en formation mais dont la formation s’est ensuite arrêtée pendant cette phase de croissance.

C’est justement cet astéroïde qui fera l’objet d’une mission de la NASA, pour l’instant appelée « Psyche : Journey to a Metal World », qui verra le lancement d’une sonde en 2022, une sonde qui s’approchera ensuite de ce petit corps cosmique pour en étudier les détails. Il va sans dire que l’acquisition d’un maximum d’informations permettra désormais aux techniciens et aux scientifiques qui guideront la sonde d’obtenir le plus de résultats possible.
Les chercheurs ont créé des modèles 3D complexes des nombreux cratères d’impact trouvés sur Psyché, en se concentrant en particulier sur deux plus grands que les autres, l’un d’un diamètre de 50 km et l’autre de 70 km, tous deux d’une profondeur estimée à 6,4 km.

Grâce à la modélisation de ces cratères, ils ont pu obtenir des informations sur la composition de l’astéroïde, une méthode novatrice qui, comme l’indique le communiqué de presse publié sur le site web de Los Alamos, est utilisée pour la première fois dans cette étude.
Mais comment les chercheurs ont-ils découvert de quoi est fait l’astéroïde en analysant les différents cratères d’impact de météorites à sa surface ? Ils ont réussi parce qu’un matériau qui voit un impact sur sa surface se déforme différemment d’un autre type de matériau.

Les métaux, par exemple, se déforment d’une manière différente des autres matériaux qui peuvent couramment composer un astéroïde, comme les silicates. Et les cratères d’impact sur Psyché indiquent que ce petit objet est principalement constitué de métaux.
Les chercheurs ont également réalisé une vidéo en 3D qui montre un impact théorique sur la surface de cet astéroïde (voir la vidéo ci-dessous).
« Dans les premiers stades de la formation des cratères, le matériau cible se comporte comme un fluide. Dans la phase de modification, cependant, la résistance du matériau cible joue un rôle clé dans la façon dont le matériau qui n’est pas éjecté « se fixe » dans le cratère », explique Wendy K. Caldwell, auteur principal de la recherche.