L’appareil émet une lumière ultraviolette et empêche la perte de masse osseuse et musculaire

Crédit : BarbaraBonanno, Pixabay, 888663

L’irradiation ultraviolette en faisceau étroit à l’aide de diodes électroluminescentes (DEL) peut contribuer à augmenter les taux sériques de vitamine D chez les souris âgées en prévenant la perte de masse osseuse et musculaire, selon une nouvelle étude parue sur Rapports scientifiques et réalisée par des chercheurs de l’université de Nagoya, au Japon.
Ce nouveau dispositif pourrait être très utile en cas d’ostéoporose, c’est-à-dire lorsque la densité osseuse diminue, et en cas de sarcopénie, c’est-à-dire lorsque la force des muscles diminue leur masse. Il s’agit dans les deux cas de troubles liés à l’avancée en âge. Ces dernières années, une nouvelle affection a également été découverte chez les personnes âgées, appelée ostéosarcopénie, qui implique la progression conjointe de l’ostéoporose et de la sarcopénie.

Pourquoi la vitamine D est-elle essentielle à la santé des muscles et des os ?

Avec l’âge, la quantité de vitamine D dans le corps tend à diminuer tellement que de nombreuses personnes âgées présentent une carence en vitamine D. Ce dernier se produit lorsque la peau est exposée au soleil mais il n’est pas toujours possible de l’obtenir de cette façon pour des raisons « météorologiques » ou même pour diverses raisons liées à l’incapacité du sujet à s’exposer correctement au Soleil. Dans ces cas, les niveaux peuvent donc descendre en dessous d’un seuil « d’alarme ».

Déclencher la production de vitamine D dans l’organisme par la lumière ultraviolette

L’équipe de chercheurs, dirigée par Yoshihiro Nishida et Kazuya Makida, a donc créé une méthode permettant de déclencher la production de vitamine D dans l’organisme par la seule lumière, en l’occurrence la lumière ultraviolette. L’irradiation par la lumière ultraviolette pourrait représenter une source constante de vitamine D, comme l’explique Makida lui-même, un peu comme s’exposer au soleil mais sans tous les désagréments liés à cette opération.

Une certaine intensité minimale et une dose minimale d’irradiation ultraviolette

Afin de limiter les dangers liés au fait que l’irradiation ultraviolette pourrait encore avoir des effets néfastes sur le corps humain, les chercheurs ont déterminé l’intensité minimale (0,16 mW/cm2) et la dose minimale (1 000 J/m2) de l’irradiation afin que très peu d’effets secondaires soient causés.

Le dispositif a déjà été testé sur des animaux

L’appareil a déjà été testé sur des animaux présentant une grave carence en vitamine D et une faiblesse osseuse et musculaire. Les chercheurs ont obtenu des résultats satisfaisants en prévenant l’ostéosarcopénie chez des rats élevés auparavant pour vieillir rapidement et qui ont des problèmes de densité osseuse, de masse et de force musculaires.

Appareil portable émettant de la lumière ultraviolette

Les chercheurs développent actuellement un appareil portable qui permettrait de traiter l’ostéosarcopénie sans avoir besoin de médicaments, comme l’explique M. Nishida : « Il s’agit d’un nouveau concept d’appareil médical qui peut être utilisé dans divers établissements de santé et à domicile. Elle réduira également la charge des personnes qui s’occupent de personnes âgées immobiles. Grâce à ce dispositif, toutes les personnes âgées pourront obtenir suffisamment de vitamine D, la même quantité ou plus qu’avec le soleil, facilement et en toute sécurité, à faible coût. Il pourrait s’agir d’une approche prometteuse pour la prévention et le traitement de cette maladie ».

Article précédentDes millions de tonnes de microplastiques ont été déposées sur le fond marin.
Article suivantLe cerveau a évolué pour se souvenir de la position des aliments riches en calories plutôt que des aliments sains