La Terre pourrait-elle sortir du système solaire et devenir une planète “errante” ?

Crédit : Condaknight , Pixabay, ID : 6926041

Les planètes “errantes”, également appelées “planètes voyous”, sont des planètes qui ne font pas partie de systèmes stellaires. En fait, ce sont des planètes qui errent dans leur galaxie sans être “ancrées” à une étoile. Bien que leur existence ait été théorisée depuis longtemps, ce n’est que depuis quelques années que nous avons la preuve qu’ils existent réellement. Depuis leur découverte, les scientifiques tentent de comprendre comment ils ont pu se former et surtout comment ils parviennent à s’échapper de leur système.

Comment se forment-ils ? La première hypothèse

Joanna Barstow, spécialiste des sciences planétaires à l’Open University, a rédigé un nouvel article dans The Conversation sur ce sujet intéressant.
Elle explique qu’il existe essentiellement deux grandes hypothèses concernant la formation des planètes errantes.
Selon la première hypothèse, ces planètes se forment à peu près de la même manière que les étoiles, en particulier les naines brunes. Un nuage de gaz peut devenir très dense et chaud et deux choses peuvent alors se produire : la fusion de l’hydrogène peut se produire et le nuage dense peut alors devenir une étoile ou bien il peut ne pas devenir assez gros et ne pas commencer à fusionner. Dans ce dernier cas, une naine brune peut se former et, selon Barstow, une planète errante peut également se former, l’une de celles que nous avons interceptées ces dernières années.

Deuxième hypothèse

Selon la deuxième hypothèse, les planètes flottantes se forment comme des planètes normales. Ces planètes peuvent alors échapper à la gravité du système dont elles font partie et sortir, entamant un long voyage d’errance dans la galaxie. Dans ce dernier cas, les planètes flottantes pourraient également être des planètes rocheuses, peut-être même des planètes terrestres.
L'”évasion” peut se produire en raison de perturbations gravitationnelles, qui peuvent à leur tour être attribuées à l’action d’éléments externes au système lui-même (par exemple, des étoiles) ou, dans des cas plus rares, à des éléments internes (par exemple, des planètes géantes gazeuses qui modifient leur orbite et influencent celle des planètes les plus internes).

Comment détecte-t-on les planètes errantes ? La première méthode

Mais comment détecter les planètes errantes si toutes les méthodes que nous connaissons pour détecter les exoplanètes sont basées sur l’interaction entre la planète et l’étoile elle-même ? De par leur nature, les planètes errantes n’émettent pas de lumière, elles devraient donc être très difficiles à intercepter. Le chercheur explique qu’ils peuvent être détectés à l’aide de la méthode de “microlentillage gravitationnel”. Une étoile lointaine, qui se trouve derrière la planète de notre point de vue, peut déformer gravitationnellement la lumière qu’elle émet lorsqu’elle passe à proximité de la planète. La distorsion peut également provoquer une sorte de grossissement qui nous permet de mieux voir la planète. Cette méthode n’implique pas d’observation directe et n’offre donc pas beaucoup d’informations importantes sur la planète elle-même.

La deuxième méthode

Une autre méthode d’observation des planètes flottantes consiste à intercepter la chaleur (assez faible de toute façon) qu’elles émettent encore et qui a été créée lors de leur formation. Dans une étude récente, une équipe de chercheurs a utilisé cette même méthode pour découvrir entre 70 et 170 planètes vagabondes, l’une des plus grandes découvertes de planètes non systémiques jamais réalisées.

Et la Terre pourrait-elle s’échapper du système solaire ?

Et la Terre ? Notre planète pourrait-elle aussi “éclabousser” le système ? Selon le chercheur, il n’y a aucun danger : il s’agit d’événements, ceux qui voient une planète poussée hors de son propre système, qui se produisent dans presque tous les cas pendant les premiers stades de la formation d’un système.
En tout état de cause, l’éventualité d’une sortie soudaine de la Terre du système solaire ne doit pas être totalement exclue, même si elle est très éloignée : un éventuel corps extérieur, tel qu’une étoile, pourrait s’approcher de notre système au point d’influencer gravitationnellement le positionnement des planètes autour du Soleil. Certaines planètes pourraient être influencées au point de se “détacher” du corps parent, avec des effets gravitationnels imprévisibles.

Hot news

A ne pas manquer