Il est possible de trouver des points d’impact d’astéroïdes dont les cratères n’existent plus.

La structure d’impact de Santa Fe au Nouveau-Mexique (les chercheurs ont prélevé des échantillons dans les carrés noirs) (crédit : DOI : 10.1038/s41598-021-01451-8 | Scientific Reports | Gunther Kletetschka, Radana Kavkova &amp ; Hakan Ucar )

Un chercheur propose une méthode pour découvrir les impacts de météorites sur la Terre dont les traces de cratères ont complètement disparu. Selon Gunther Kletetschka, chercheur à l’Institut de géophysique de l’Université d’Alaska Fairbanks, il est en effet possible d’exploiter le niveau de magnétisation résiduelle des roches dans la zone d’impact, magnétisme qui est provoqué par la même force que l’impact du météore (ou de l’astéroïde) s’approchant de la surface puis la heurtant.

Le magnétisme est créé par le plasma

Le magnétisme, en particulier, est créé par le plasma, qui est lui-même créé au moment de l’impact et par le changement de comportement des électrons dans les atomes des roches au même point d’impact. Le plasma, en particulier, est l’une des choses auxquelles les gens ne pensent pas, explique Kletetschka, lorsqu’ils imaginent un astéroïde ou une météorite s’écrasant sur la Terre. En réalité, outre la chaleur, la vapeur, la libération de beaucoup d’énergie et le bruit, il y a aussi une bonne dose de plasma, un gaz dans lequel les atomes sont disposés d’une manière particulière.

Structure d’impact de Santa Fe

Le chercheur décrit ses conclusions dans une nouvelle étude publiée dans Scientific Reports.
Il a obtenu ses résultats en analysant la structure d’impact de Santa Fe, vestige d’un cratère d’impact situé près de la ville du même nom au Nouveau-Mexique. La structure a été découverte en 2005. Il ne s’agit pas d’un cratère, mais d’une structure d’impact, car le sol et les roches sont très érodés et il n’y a aucune trace de rebord ou de dépression. On pense que la structure a été créée par un impact il y a environ 1,2 milliard d’années.

Perte de magnétisme dans la région

Le site présente plusieurs cônes d’éclats, c’est-à-dire des roches avec des “queues d’aronde”, et des lignes de fracture distinctives. Ces formes et structures ne sont causées que par une onde de choc de grande puissance et de haute pression, du type de celles que seule une météorite/astéroïde peut provoquer (ou une explosion nucléaire, mais ce n’est pas le cas).
L’onde de choc de l’impact de Santa Fe a également modifié les caractéristiques atomiques des roches, en altérant spécifiquement les orbites des électrons, ce qui a entraîné une légère perte de magnétisme dans la région, même pour les roches qui se sont vaporisées et ont fondu au moment de l’impact.

Hot news

A ne pas manquer