Dangereuse découverte de failles sous le sud-est du Népal, zone très peuplée

Une nouvelle faille dangereuse a été découverte sous terre dans le sud-est du Népal par une équipe de chercheurs de l’Université d’Alberta. Il s’agit d’une faille qui, selon les chercheurs, a le potentiel de provoquer des tremblements de terre dans une zone densément peuplée.
Comme l’explique John Waldron, l’un des auteurs de l’étude avec le Dr Mike Duvall, l’équipe a découvert une série de fractures au pied de la chaîne de montagnes himalayenne, ce qui n’avait jamais été vu auparavant, comme le précise Waldron lui-même.

En outre, les scientifiques eux-mêmes affirment que la zone de mouvement tectonique antérieure de la chaîne de montagnes himalayenne est située à un point qui serait 40 km plus au sud que ce qui avait été calculé précédemment. Le résultat est un réseau de failles qui montre que la déformation de l’Himalaya est plus importante que ce que l’on pensait auparavant.
Pour la découverte de la nouvelle faille sous le sud-est du Népal, les chercheurs ont utilisé des profils sismiques recueillis lors des phases d’exploration pour découvrir la présence de pétrole. Ces données ont été recueillies à l’aide d’ondes sonores rebondissant sur les couches sédimentaires situées sous les plaines inondables du Gange.

Comme le précise M. Waldron, ces résultats montrent qu’il existe un risque élevé de tremblements de terre potentiels à l’avenir : « Nous avons constaté qu’une partie importante de cette zone comporte une faille presque horizontale en dessous qui peut glisser et provoquer un terrible tremblement de terre.
L’instabilité de la région a commencé il y a 40 à 50 millions d’années lorsque le sous-continent indien a commencé à entrer en collision beaucoup plus massive avec l’Asie, ce qui a également donné naissance à la chaîne de montagnes himalayennes, la plus grande du monde.

Un processus qui ne s’est pas arrêté : actuellement, l’Inde continue de glisser vers le nord à un rythme de 2 cm par an, plus ou moins la vitesse de croissance des ongles, comme l’explique Waldron.
Ce n’est pas un mouvement fluide et continu mais un mouvement « saccadé », des secousses qui produisent ensuite des tremblements de terre d’intensité variable. Ce qui est inquiétant, c’est que cette région, limitrophe de l’Inde, juste au sud, commence à être l’une des plus populaires au monde.

Déjà en 2015, la région de Katmandou a été le théâtre d’un tremblement de terre majeur qui a tué près de 9 000 personnes et fait plus de 20 000 blessés. La faille que les scientifiques viennent de découvrir ne devrait en tout cas pas être liée à ce tremblement de terre car elle se situe dans une autre région, le sud-est du pays, qui est encore plus peuplée.