Civilisations technologiques détectables par la détection de panneaux solaires ou de substances polluantes dans l’atmosphère

Crédit : tombud, Pixabay, 1839496

Adam Frank, professeur de physique et d’astronomie à l’université de Rochester, qui a récemment reçu une bourse de la NASA pour rechercher des indices sur la vie extraterrestre dans le cosmos, fait des déclarations intéressantes dans un communiqué publié sur le site web de sa propre université.
Le scientifique se consacrera avant tout à la découverte des soi-disant « techno-signatures », c’est-à-dire des signes détectables depuis notre planète qui démontrent sans aucun doute qu’ils ont été causés par une civilisation intelligente et technologique.

« Le SETI a toujours été confronté au défi de savoir où chercher », explique Frank. « Quelles sont les étoiles que vous pointez avec votre télescope et que vous cherchez à repérer ? Maintenant, nous savons où chercher. Nous avons des milliers d’exoplanètes, y compris des planètes dans la zone habitable où la vie peut se former. Le jeu a changé ».
Les signatures techno peuvent être nombreuses et peuvent varier selon la civilisation qui les a provoquées.

Par exemple, une civilisation technologique, ne serait-ce que pour exister, devra trouver un moyen de produire de l’énergie et il existe différentes formes d’énergie pouvant être exploitées dans l’univers. La production d’énergie elle-même laisse toujours une signature ou un signe.
L’équipe de chercheurs de Frank va cependant commencer son projet en examinant deux signatures technologiques particulières et possibles qui indiqueraient une activité technologique sur une autre planète. Nous parlons de panneaux solaires ou d’une technologie similaire et des polluants qu’une civilisation technologique doit produire.

Les panneaux solaires sont le moyen le plus naturel pour une civilisation intelligente de produire de l’énergie à faible coût. Les étoiles, en fait, sont l’un des plus puissants générateurs d’énergie de l’univers et exploiter au moins une partie de ce potentiel est la première chose à laquelle penserait une civilisation technologique et intelligente pour survivre ou progresser.
Si une civilisation donnée utilise des technologies solaires de pointe ou simplement de nombreux panneaux solaires, cette lumière réfléchie provoquerait encore une signature spectrale, à une certaine longueur d’onde, qui pourrait être mesurée depuis la Terre, notamment avec les futurs télescopes spatiaux.
En ce qui concerne les polluants, selon Jason Wright, un autre scientifique de l’université d’État de Pennsylvanie qui participe au projet, il est très probable qu’une civilisation intelligente et technologique produise des gaz particuliers qui se retrouvent ensuite dans l’atmosphère de leurs planètes.
Certains gaz, en revanche, pourraient être produits par la vie elle-même, comme c’est le cas sur Terre avec le méthane ou l’oxygène.

Une civilisation industrielle pourrait également produire des gaz artificiels, notamment des chlorofluorocarbones, des gaz qui peuvent par exemple être utilisés comme réfrigérants.
En fonction du caractère artificiel ou non des gaz détectables dans l’atmosphère, leurs signatures chimiques peuvent être cataloguées, ce qui pourrait également indiquer la présence d’une civilisation industrielle.

Toutes ces données et toutes les bio-signatures et techno-signatures recueillies seront ensuite versées dans une bibliothèque en ligne que tous les astrophysiciens intéressés par la recherche de la vie extraterrestre pourront utiliser, également comme outil comparatif lors de leurs recherches.