Astéroïde Bennu, la NASA calcule sa trajectoire : voici quand il pourrait nous frapper

Dans une déclaration publiée sur le site du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, de nouveaux détails intéressants sont fournis sur l’astéroïde Bennu, un astéroïde de type Apollo d’un diamètre d’environ un demi-kilomètre qui a fait l’objet d’une étude par la mission OSIRIS-REx de la NASA, qui devrait se conclure par le retour sur Terre de certains échantillons collectés par la sonde.

L’astéroïde Bennu à l’étude

Or, depuis plusieurs années, l’astéroïde Bennu fait l’objet d’études de la part de différentes équipes d’astronomes et de scientifiques, car divers calculs ont montré qu’il existe une très faible probabilité, mais néanmoins plus élevée que celle de nombreux autres astéroïdes, que l’objet puisse nous frapper au cours du prochain siècle.

Algorithmes informatiques de pointe

Les chercheurs, en utilisant des algorithmes informatiques de pointe, ont considérablement réduit les incertitudes entourant l’orbite de l’astéroïde qui empêchaient des prédictions plus précises. Selon les scientifiques de la NASA, qui ont publié leur étude dans Icarus, la probabilité d’un impact en 2135, année où l’astéroïde effectuera l’une de ses approches de notre planète, est assez faible.

Les approches de Bennu en 2300 et 2182

Deux dates sont préoccupantes : 2300 et 2182. Selon les chercheurs de la NASA, la probabilité actuelle estimée d’un impact lors du passage proche de l’année 2300 est d’une sur 1 750 (soit 0,057 %).
Le passage du 24 septembre 2182, quant à lui, voit une probabilité d’impact d’une sur 2 700 (0,037 %). L’étude est également importante car c’est la première fois que la trajectoire d’un astéroïde est modélisée avec une telle précision sur un intervalle de temps aussi important.

L’approche de 2135 pourrait changer les choses

Les mêmes chercheurs soulignent qu’à l’approche de l’année 2135 les choses pourraient changer : l’astéroïde, qui n’entrera pas en collision avec notre planète lors de ce passage, pourrait cependant voir la trajectoire de son orbite modifiée, en raison de l’attraction gravitationnelle de la Terre.

Le trou de serrure gravitationnel

Pour être plus précis, si l’astéroïde passe par ce que l’on appelle un « trou de serrure gravitationnel », les chances qu’il nous frappe plus tard peuvent augmenter.
Selon les scientifiques, si l’astéroïde devait traverser cette petite région du champ gravitationnel de la Terre, sa trajectoire pourrait être modifiée d’une manière pas vraiment positive pour nous.

L’effet Yarkovsky

Cependant, de nombreux autres facteurs entrent en jeu. Comme le soulignent les chercheurs, la chaleur du soleil compte également. En effet, l’astéroïde, au cours de son orbite autour du Soleil, a tendance à se réchauffer d’un côté lorsqu’il s’en approche. Cette face va ensuite se refroidir au fur et à mesure que l’astéroïde tourne, et au moment même du refroidissement, de l’énergie infrarouge est libérée de sa surface. Cela crée un tout petit élan qui pourrait suffire à modifier sa trajectoire de manière presque imprévisible.
L’effet, appelé effet Yarkovsky, souligne Steve Chesley, l’un des auteurs de l’étude, est si faible qu’il peut être comparé au poids de trois raisins « poussant » sur la surface de l’astéroïde. Cela n’a peut-être l’air de rien, mais cela peut modifier la trajectoire de l’astéroïde pour les décennies et les siècles à venir.

Il y a tellement de facteurs en jeu

Outre la gravité terrestre et l’effet Yarkovsky, plusieurs autres facteurs pourraient modifier de manière imprévisible la trajectoire de Bennu. Il s’agit notamment de la gravité du Soleil, de la gravité des autres planètes et de leurs lunes, et des éventuels effets gravitationnels d’autres astéroïdes que Bennu pourrait rencontrer sur sa route, un autre facteur totalement imprévisible.
Sans oublier les effets de traînée de la poussière interplanétaire, ceux du vent solaire, et les effets de flottabilité causés par l’éjection de particules par Bennu lui-même.

Vidéo

Hot news

A ne pas manquer