Vitesse de la fonte des glaces de l’Arctique : ne faisons-nous que commencer ?

Une nouvelle étude montre que les taux de fonte de la glace entourant la côte Antarctique étaient beaucoup plus rapides durant la dernière période de la dernière période glaciaire. À cette époque, la glace fondait jusqu’à 50 mètres par jour, ce qui est plus rapide que les taux de fonte que l’on trouve aujourd’hui avec les satellites. C’est ce qu’indique une nouvelle étude parue dans Science.

En fait, ce n’est pas une nouvelle aussi positive qu’il n’y paraît à première vue : ces données suggèrent en effet que nous ne nous sommes même pas approchés des vitesses limites de fonte de la glace qui entoure l’Antarctique aujourd’hui.
Cela signifie que si le changement climatique en cours qui voit le réchauffement de la planète se poursuit, nous pourrions voir des taux similaires de retrait de la glace au cours des prochaines décennies, ce qui aurait des implications très profondes pour l’environnement en raison de l’augmentation très importante du niveau de la mer au niveau mondial.

L’étude a été menée par des chercheurs du Scott Polar Research Institute de l’Université de Cambridge. Les scientifiques ont analysé les fonds marins de l’Antarctique et ont calculé la vitesse à laquelle la glace se retirait il y a environ 12 000 ans, lors d’un événement de sous-glaciation régional.
Grâce à des images d’une résolution sans précédent obtenues par un véhicule sous-marin autonome particulier, les scientifiques ont recueilli des informations qu’aucun satellite n’aurait jamais pu recueillir concernant les taux d’amincissement de la glace antarctique des époques précédentes.

En intégrant ces données aux données recueillies par les drones et les satellites, les chercheurs ont pu obtenir des informations très précises sur les plates-formes de glace Larsen A et B, qui fondent beaucoup plus vite depuis 1998 et 2002 respectivement.
Les chercheurs ont également eu la confirmation que les courants d’eau plus chauds dévorent littéralement la glace par le bas, car les températures de l’air en été accélèrent la fonte par le haut. Ces deux effets simultanés amincissent de plus en plus les plates-formes de glace et les glaciers s’écoulent de plus en plus vite vers la mer.

C’est ce qui se passait, de manière encore plus agressive, il y a 12 000 ans, lorsque la glace reculait à des vitesses allant jusqu’à 40-50 mètres par jour, soit près de 10 km par an, alors qu’aujourd’hui nous sommes à environ 1,6 km par an, une vitesse de fonte que nous pensions très élevée et qui, avec ces nouvelles données, est en fait encore relativement faible.
« Nous savons maintenant que la glace est capable de reculer à des vitesses bien plus élevées que celles que nous voyons aujourd’hui. Si le changement climatique continue à affaiblir les calottes glaciaires dans les prochaines décennies, nous pourrions assister à des taux de recul similaires, avec de profondes implications sur l’élévation du niveau de la mer à l’échelle mondiale », déclare Julian Dowdeswell, directeur de l’Institut de recherche polaire Scott.