Virus : pourquoi frappent-ils le plus les personnes âgées ?

En général, les virus, ainsi que celui qui conduit à la pathologie respiratoire définie comme COVID-19 qui se répand dans le monde entier, semblent beaucoup plus efficaces pour attaquer les personnes âgées. Cela explique le fait que le système immunitaire des personnes âgées est généralement plus faible, comme l’explique un nouvel article dans The Conversation.

Le système immunitaire peut être défini comme un système de défense biologique présent dans tous les organismes supérieurs qui s’est développé avec l’évolution pour combattre les pathogènes parasitaires.
Lorsqu’un agent pathogène, tel qu’un virus ou une bactérie, pénètre dans l’organisme, une sorte de course de vitesse s’engage entre l’agent pathogène lui-même et le système immunitaire.
Malheureusement, en réagissant à la propagation des agents pathogènes, le système immunitaire peut causer des dommages « collatéraux ». C’est ce qui se passe chez les personnes âgées : en vieillissant, leurs réponses immunitaires se modifient.

Les monocytes produisent moins d’interféron et ont généralement plus de mal à tuer et à éliminer les cellules infectées, celles dans lesquelles le virus a réussi à entrer. La réponse peut également être affaiblie par des inflammations chroniques qui sont plus fréquentes chez les personnes âgées et qui se développent généralement au cours du vieillissement. Un système immunitaire plus lent est exploité par des virus qui peuvent se propager plus rapidement en entrant dans un plus grand nombre de cellules.

La seule façon pour les personnes âgées ou pour les personnes déjà malades ou ayant un système immunitaire inefficace (dites « immunodéprimées ») de se défendre réellement est donc de s’éloigner socialement et de s’occuper du moins de personnes possible.