Une vague de plasma géante frappe Mercure et crée une atmosphère temporaire

Crédit : Nazarii_Neshcherenskyi, Shutterstock, ID : 2059638395

C’est une vague de plasma “gigantesque” provenant du Soleil qui a frappé Mercure le mardi 12 avril, selon Space.com. Il s’agissait d’une puissante éruption solaire (techniquement une “éjection de masse coronale” ou EMC) qui a démarré de l’autre côté de notre étoile et a mis un peu moins de 24 heures pour atteindre la surface de Mercure.

Formation d’une atmosphère temporaire

Les astronomes calculent que cette puissante éruption a pu induire la formation d’une atmosphère temporaire qui a pu flotter autour de la planète pendant un certain temps et peut-être même créer une sorte de petite queue semblable à une comète.
Les astronomes eux-mêmes ont calculé que l’éruption solaire est partie d’un endroit où se trouvent de puissants champs magnétiques créés par le flux de charges électriques. Ces charges ont tendance à se “nouer” mais peuvent se rompre soudainement, ce qui crée l’éruption solaire sous la forme d’un jet de plasma.

De tels phénomènes affectent également la Terre.

De tels phénomènes se produisent également sur Terre, mais notre planète dispose d’un champ magnétique puissant pour la protéger (et elle est plus éloignée que Mercure).
Sur Terre, ces éruptions peuvent également provoquer des déformations des lignes de champ magnétique près des pôles et provoquer les classiques “aurores”.

Intensité du champ magnétique de Mercure

L’observation et les données recueillies pourraient s’avérer très utiles aux astronomes. Les astronomes ne sont pas encore tout à fait sûrs de la force du champ magnétique de Mercure lorsqu’elle est confrontée à des orages magnétiques de cette ampleur. Comme le rapporte Space.com, deux articles, publiés dans Nature Communications et Science China Technological Sciences il y a quelques mois, avaient déjà suggéré que le champ magnétique de Mercure n’est pas si faible après tout. Plus précisément, le champ magnétique de la planète forme une sorte de courant annulaire qui circule d’un pôle à l’autre. Il faut dire que, par rapport à la Terre, le phénomène, bien que similaire, est beaucoup plus faible car Mercure est plus petite et n’a pratiquement pas d’atmosphère.

Hot news

A ne pas manquer