Une nouvelle membrane en nanofibres pour les masques les rend beaucoup plus efficaces

Nouvelles nanofibres créées par des chercheurs (crédit : BYU Photo)

Grâce aux nouveaux résultats obtenus par une équipe de chercheurs du College of Engineering de l’Université Brigham Young, qui ont collaboré avec la Fondation Nanos, les masques du futur pourraient offrir une protection beaucoup plus efficace que ceux d’aujourd’hui. Les masques actuels, qu’ils soient en tissu ou “chirurgicaux”, offrent une protection très utile, mais ils ne sont pas aussi efficaces que les masques professionnels N95 utilisés par les professionnels de la santé. Nous ne disons pas du tout qu’ils sont inutiles, mais seulement que leur niveau de protection n’est pas aussi élevé que celui des masques “professionnels”, qui sont également plus chers.

C’est précisément pour cette raison que les chercheurs développent une membrane particulière pour les masques, qui resterait relativement simple à construire et économique, capable de bloquer 90 à 99% des particules.
Un grand pas en avant si l’on considère que les masques tissulaires typiques peuvent bloquer jusqu’à 50% des particules virales. Et tout en préservant la respirabilité, comme le rapporte le même communiqué de presse de l’université américaine.

Ce sont des membranes construites par un processus appelé “électrofilage” par lequel un plastique polymère particulier se dissout et devient une solution presque liquide. À ce stade, le courant électrique est utilisé pour déplacer une goutte de manière à ce qu’elle devienne une fibre longue mais très fine qui conserve une petite charge statique. Ces nanofibres sont ensuite greffées au hasard sur un collecteur pour créer une sorte de réseau non tissé, comme l’explique Katie Varela, ingénieur en mécanique et l’un des chercheurs qui dirige le projet.

C’est une petite charge, totalement inoffensive, voire bénéfique car, lorsque les particules s’approchent de la surface extérieure du masque, elles sont attirées par celui-ci et peuvent difficilement le traverser. Cela permet d’éviter l’inhalation de virus et de bactéries.
En outre, par rapport aux masques N95, ces nouveaux masques à “nanomembranes” permettent une plus grande circulation de l’air : “Nos membranes en nanofibres sont six fois plus faciles à respirer que les masques N95 existants, ce qui les rend plus frais, plus secs et plus confortables”, assure Will Vahle, directeur de la Fondation Nanos.

Hot news

A ne pas manquer