Un scientifique découvre l’effet curieux sur le sol d’un antibiotique destiné au bétail

Crédit : grom900 , Pixabay, 6694370

Il existe plusieurs espèces de microbes dans le sol qui sont très importantes pour le recyclage des nutriments. Ces microbes sont essentiels à l’agriculture, mais aussi à la lutte contre le changement climatique en cours, car plusieurs espèces peuvent piéger le carbone, à tel point qu’une grande partie des réserves de carbone de notre planète se trouve dans le sol.
Selon une nouvelle étude, publiée dans Soil Biology and Biochemistry, la chaleur croissante dans l’environnement et l’utilisation d’un antibiotique commun utilisé pour le bétail peuvent avoir un effet concomitant très négatif sur les microbes du sol.

Antibiotique monensin pour le bétail

L’antibiotique en question est la monensine, dont l’utilisation est de plus en plus répandue, notamment pour les bovins. Comme l’explique le communiqué de presse annonçant la nouvelle étude, cet antibiotique pour bovins est assez peu coûteux, plus facile à administrer et ne nécessite pas de directives particulières en matière d’alimentation. Toutefois, comme de nombreux antibiotiques, la monensine est si mal métabolisée qu’une grande partie d’entre elle, tout en restant biologiquement active, finit par polluer l’environnement par le biais des déchets animaux.

L’expérience sur les échantillons de sol

La chercheuse Jane Lucas, du Cary Institute of Ecosystem Studies, a prélevé plusieurs échantillons de sol dans l’État de l’Idaho, aux États-Unis. Le chercheur a choisi des zones préservées où aucun bétail ne paît et donc dans des zones où il ne devrait pas y avoir de traces de déchets de bétail et d’antibiotiques associés.
Le chercheur a apporté les échantillons au laboratoire et les a contaminés avec différentes doses d’antibiotique (forte dose, faible dose ou aucune dose). Les échantillons ont ensuite été chauffés à trois températures différentes pour simuler la température ambiante. Le chercheur, avec l’aide de collègues, a ensuite analysé le niveau d’acidité, la composition et les communautés microbiennes des échantillons.

Résultats

Il a découvert qu’en augmentant la chaleur et en ajoutant des antibiotiques, les colonies bactériennes s’effondraient. Les champignons ont profité de cette situation et ont commencé à dominer. Les échantillons qui n’étaient contaminés que par l’antibiotique ont vu une augmentation du carbone biodisponible et une réduction de l’efficacité microbienne. Les échantillons qui n’ont été que chauffés, en revanche, ont connu une augmentation de la respiration du sol et une dissolution du carbone organique, avec une réduction correspondante de la capacité de stockage du carbone à long terme.

Le réchauffement climatique accroît les effets négatifs des antibiotiques destinés au bétail sur les sols

Le chercheur conclut donc que la hausse des températures ne fait qu’exacerber les effets négatifs des antibiotiques du bétail sur les microbes du sol. Les principaux effets semblent être une diversité réduite et une diminution générale des micro-organismes, des caractéristiques qui ne font que réduire le niveau de résilience du sol lui-même face à ce qui sera des effets de plus en plus influents à l’avenir.

Hot news

A ne pas manquer