The Queen’s Gambit : un esprit brillant dans une mini-série Netflix brillante

Les échecs : un jeu de discipline, une pratique mentale de la logique et de la stratégie que l’on retrouve plusieurs fois au cinéma dans les vieux films noirs, dans les histoires de guerre ou dans les thrillers complexes, comme moyen d’intriguer le spectateur et de mettre en valeur les compétences tactiques d’un certain personnage.

Mais dans The Queen’s Gambit, maintenant disponible sur Netflix, les échecs servent à raconter une histoire de souffrance, de difficulté et de vengeance, en portant à l’écran un esprit tourmenté et brillant, une femme entreprenante et capable qui semblerait défier un monde d’hommes mais qui, en tant que première adversaire à être vaincue, a surtout elle-même ses démons.

Dans The Queen’s Gambit, on retrouve la croissance et l’ascension de Beth Harmon (Anya Taylor-Joy) dans le monde des échecs des années 1960. Une époque où les femmes étaient surtout considérées comme des femmes au foyer et où le communisme était l’ennemi à vaincre. La jeune fille, orpheline dès l’âge de 9 ans, a passé la plus grande partie de son enfance dans un orphelinat du Kentucky, un endroit austère où elle a commencé à avoir les premiers problèmes de dépendance aux tranquillisants, donnés aux enfants comme sédatifs, et où, grâce à son approche de la personne, elle découvre un jeu difficile : les échecs. Une chose est claire dès le début : la fille a du talent et bientôt ils s’en rendent compte, même en dehors des murs gris de l’orphelinat.

Bon, il est difficile de considérer les échecs comme un sujet passionnant, surtout si vous ne faites pas partie de leur monde. Cette discipline semble être réservée aux esprits brillants et aux individus dotés d’une énorme patience. The Queen’s Gambit est une série renverse cette vision certainement réductrice ; elle fait des échecs un sujet non seulement intéressant, mais aussi passionnant.

Dans les mains de Beth Harmon, les pions, les chevaliers et les reines sont de véritables guerriers dont il est impossible de ne pas observer attentivement les actions. Grâce à un réalisateur qui sait bien gérer les temps narratifs et qui sait doser habilement les moments de lenteur et de montage frénétique, cette série promet au spectateur une biographie – bien que fruit de la fiction – qui ne soit jamais ennuyeuse et surtout jamais répétitive.

Beth, brillante depuis son enfance, porte le poids de sa propre intelligence et des responsabilités qui l’accompagnent. Constamment sous pression, elle est perdue sur le chemin de la grandeur alors qu’elle essaie de s’accrocher à la clé de sa capacité particulière à voir, prédire et vivre les échecs. Dans The Queen’s Gambit, il n’y a pas de co-stars. Beth est le seul personnage qui soit étudié en profondeur, et pour le prouver, la caméra la suit constamment : son génie, son regard acéré sur la réalité, souvent déformé par la drogue et l’alcool, est le seul que nous ayons dans l’histoire.

La condition impitoyable de la femme dans les années 60, reléguée principalement au rôle de mère et d’épouse, le voile de puritanisme qui recouvre la vie de tous les citoyens et la peur du communisme, sont relatés d’une manière qui fait une critique dirigée d’un mode de vie, discriminatoire et nuisible, dont les pièges infectent et corrompent également les temps modernes ; ils sont comme ces démons dont la protagoniste est incapable de se libérer et qui ont le pouvoir d’influencer négativement le présent en cachant des objectifs importants.

The Queen’s Gambit est l’une des meilleures mini-séries de l’année. L’histoire de Beth Harmon implique et captive le spectateur grâce à une protagoniste complexe et convaincante qui est capable de monopoliser sa présence pendant les sept épisodes. C’est elle qui porte toute l’intrigue sur ses épaules et c’est toujours elle qui, grâce à ses événements, offre un regard transversal précis et assez critique sur l’Amérique des années soixante. Un produit vraiment intéressant avec un souci du détail.

Hot news

Lilly James méconnaissable en Pamela Anderson

L'actrice Lilly James jouera le rôle de Pamela Anderson dans la série biographique de la star qui fut une légende des années 1990. Lilly James...

La série qui recréait le film mythique Les Goonies (1985) a été annulée.

Il y avait un projet intéressant de série sur des étudiants recréant le film Les Goonies, mais il a été annulé. Avant que la pandémie...

David Ramsey va officiellement réaliser un épisode de l’ensemble de l’Arrowverse.

David Ramsey, dont on se souvient pour son rôle de John Diggle / Spartan, revient comme réalisateur sur Superman et Lois. David Ramseyqui a rejoint...

Agents of SHIELD pourrait bénéficier d’un reboot spécial chez Marvel Studios.

Marvel Studios envisage sérieusement de faire revenir Agents of SHIELD, mais en changeant certaines choses par rapport à la série télévisée. Il y a quelques...

Premier aperçu du nouveau speedster dans la série Flash.

La production de The Flash avance et dans la nouvelle saison, ils vont introduire un speedster reconnaissable, Impulse. Incluant de nouveaux speedsters à la série...

A ne pas manquer

Des vers « fous » envahissent les terres américaines – Science News.co.uk

Spécimen d'un ver du genre Amynthas (crédit : Susan Day/UW Madison Arboretum)"Des vers fous" qui envahissent les forêts américaines : c'est ce que rapporte...

Lilly James méconnaissable en Pamela Anderson

L'actrice Lilly James jouera le rôle de Pamela Anderson dans la série biographique de la star qui fut une légende des années 1990. Lilly James...

La série qui recréait le film mythique Les Goonies (1985) a été annulée.

Il y avait un projet intéressant de série sur des étudiants recréant le film Les Goonies, mais il a été annulé. Avant que la pandémie...

David Ramsey va officiellement réaliser un épisode de l’ensemble de l’Arrowverse.

David Ramsey, dont on se souvient pour son rôle de John Diggle / Spartan, revient comme réalisateur sur Superman et Lois. David Ramseyqui a rejoint...