Selon une étude, les femmes ayant des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes sont les plus exposées au risque d’événements cardiovasculaires

Les femmes ayant des bouffées de chaleur et des épisodes de sueurs nocturnes après la ménopause ont 70 % plus de chances de souffrir d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université du Queensland.
En outre, les mêmes chercheurs, dirigés par Dongshan Zhu de l’École de santé publique, ont constaté que les femmes de tous âges qui ont des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes importantes (également appelées symptômes vasomoteurs ou SMV) sont plus susceptibles de subir des événements cardiovasculaires non mortels.

Les événements de SMV avant la ménopause augmentent « la probabilité d’événements cardiovasculaires chez une femme de 40% », comme l’explique Zhu lui-même.
Enfin, la même équipe de recherche a découvert que le risque de subir des événements cardiovasculaires peut être davantage lié à la gravité des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes qu’à leur fréquence ou à leur durée.

La chercheuse a utilisé les données contenues dans la base de données Interlace qui contient 25 études, dont les données de plus de 500 000 femmes du monde entier.
« Cette recherche permet d’identifier les femmes qui présentent un risque plus élevé de développer des événements cardiovasculaires et qui peuvent avoir besoin d’un suivi attentif dans la pratique clinique », explique Gita Mishra, auteur principal de l’étude.