Selon une étude, les eaux usées traitées peuvent être utilisées pour l’aquaculture

Les eaux usées traitées peuvent être utilisées pour l’aquaculture, comme l’explique une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université Ben-Gourion du Néguev. Selon les scientifiques, les micropolluants organiques (OMP) présents dans ces eaux, c’est-à-dire des oligo-éléments de métaux lourds, des produits pharmaceutiques, des produits de soins personnels ou d’autres polluants tels que des solvants, des pesticides, des détergents divers, provoquent en fin de compte une accumulation considérable de poissons. De plus, les eaux usées elles-mêmes ne semblent pas influencer le niveau de la pisciculture.

Dina Zilberg, chercheuse à l’Institut français d’agriculture et de biotechnologie du BGU, explique : « La présence de micropolluants dans l’eau peut entraîner des effets biologiques toxiques chez les poissons, notamment des mutations, et la féminisation des poissons mâles à la suite d’une exposition à des PGF perturbant le système endocrinien.
Les eaux usées sont soumises à un processus de nettoyage qui élimine les composés inorganiques, notamment l’azote et le phosphore, mais pas les composés organiques.

Des chercheurs ont réalisé des études en laboratoire sur la carpe commune (Cyprinus carpio) et ont découvert que le traitement tertiaire des eaux usées (TTWW) peut être utilisé pour l’élevage des poissons et que les poissons élevés dans cette eau répondent aux normes d’accumulation des métaux lourds dans leur corps, comme l’explique Zilberg elle-même.