Parfois, un trou noir peut recevoir un “coup de pied” qui le fait tourner hors de sa galaxie.

Crédit : Marko Aliaksandr, Shutterstock, ID : 2068380365

Lorsque deux trous noirs tournent l’un autour de l’autre, ils entrent dans une sorte de spirale qui se termine par un impact effrayant (et qui entraîne l’émission d’ondes gravitationnelles pouvant être détectées même depuis la Terre). Cependant, quelqu’un a émis une théorie selon laquelle, dans certains cas, une chose étrange peut se produire : l’un des deux trous noirs, lorsqu’il se rapproche de l’autre, acquiert une vitesse si élevée que, dans une sorte de “recul”, il peut se détacher et même être éjecté de la galaxie dans laquelle il se trouve.

Les astronomes ont analysé la fusion entre deux trous noirs

Cette approche théorique a été formulée par les astronomes lorsqu’ils ont remarqué que les trous noirs se déplaçaient trop rapidement. Une nouvelle étude, dirigée par Vijay Varma de l’Institut Max Planck de physique gravitationnelle, semble apporter un soutien solide à cette théorie. Les chercheurs, avec l’aide de collègues, ont découvert, en analysant une fusion entre deux trous noirs appelée GW200129, ce qui est considéré comme le premier événement à présenter une signature de précession forte et sans équivoque. Il s’agit d’une modification de l’orientation de l’axe de rotation d’un corps en rotation. Essentiellement une indication que l’un des deux trous noirs de la paire a commencé à s’éloigner.

L’un des trous noirs a reçu un “coup de pied” qui l’a peut-être fait sortir de la galaxie.

Les chercheurs ont en effet remarqué un changement dans l’amplitude du signal des ondes gravitationnelles émises par cet événement. Ce type d’asymétrie suggère que l’un des deux trous noirs, d’une soixantaine de masses solaires, a reçu un “coup de fouet” qui l’a très probablement projeté hors de sa galaxie à une vitesse de 1500 km par seconde.
Il s’agirait toutefois d’événements assez rares et peu courants, même si l’on considère les désormais nombreuses fusions de trous noirs interceptées par les astronomes à l’aide de la méthode d’analyse des ondes gravitationnelles.

Hot news

A ne pas manquer