L’impact d’Internet sur le réchauffement climatique

think tank francais met en cause internet dans rechauffement climatique

Internet contribue au réchauffement climatique par le biais de la vidéo, des emails, du porno et du chat.

En 2009, une étude McAfe a montré que le spam à lui seul était responsable de l’émission de gaz à effet de serre de trois millions de voitures, l’équivalent de la pollution de 7,5 millions de litres d’essence.

The Shift Project, think tank français de la transition énergétique a récemment publié une étude chiffrée dans laquelle la contribution d’Internet aux émissions de gaz à effet de serre serait montrée du doigt.

Selon les données publiées, Internet produit 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et ce chiffre est en augmentation.

Les principaux responsables de cette pollution sont les vidéos qui génèrent plus de 300 millions de tonnes de CO2 par an. Les films pornographiques, qui représentent 27% du trafic mondial, seraient les plus énergivores. En 2018, elles ont produit plus de 80 millions de tonnes de CO2, soit 0,2% des émissions mondiales. Dans le classement des vidéos les plus « lourdes » et les plus polluantes, on trouve également des séries télévisées et des films de Netflix, Amazon Prime et Openload. Les vidéos YouTube sont également pointées du doigt ainsi que le téléchargement.

« Si nous voulons vraiment atteindre nos objectifs en matière de transition énergétique, nous devons tenir compte de l’impact du numérique, qui connaît une croissance exponentielle « , a déclaré Matthieu Auzanneau, directeur du think tank français The Shift Project

think tank francais met en cause internet dans rechauffement climatique

« Il ne s’agit pas d’être pour ou contre telle ou telle utilisation du web qu’il s’agisse de pornographie, de Netflix ou d’email. Il s’agit d’éviter que des ressources précieuses pour la société ne souffrent de surconsommation causée par d’autres ressources considérées comme moins essentielles. Au XXIe siècle, ne pas choisir n’est pas une option. La question est de savoir si nous sommes prêts « , demande le groupe de réflexion français.