Les poumons du fœtus ont leur propre microbiome 11 semaines après la conception.

Le tissu pulmonaire des fœtus montre sa propre signature bactérienne déjà après 11 semaines de gestation (crédit : Université de l’Alabama à Birmingham)

Les poumons des fœtus humains sont caractérisés par la présence d’un microbiome, les micro-organismes qui vivent dans différentes zones de notre corps, depuis la 11ème semaine après la conception selon une équipe de chercheurs de l’Université de l’Alabama.
Cela confirme que les bactéries peuvent coloniser le corps humain, même des zones très importantes, bien avant la naissance.

Le microbiome pulmonaire fœtal lui-même a montré des changements marqués au cours du développement du fœtus. Les chercheurs ont également constaté que la signature microbienne du microbiome pulmonaire fœtal était étroitement liée à celle du microbiome placentaire.

Pauvres, ces chercheurs émettent l’hypothèse d’un transfert d’ADN microbien de la mère au fœtus, ce qui est fondamental pour le développement du premier système immunitaire de l’enfant à naître, comme l’explique Charitharth Vivek Lal, chercheur de la division de néonatologie de l’UAB et l’un des auteurs de l’étude dont la première auteure est Denise Al Alam, chercheuse au Saban Research Institute of Children’s Hospital de Los Angeles et professeur de pédiatrie à l’Université de Californie du Sud.

Les chercheurs ont analysé 31 échantillons de tissus pulmonaires, placentaires et intestinaux prélevés sur divers fœtus entre la 11e et la 20e semaine de gestation.
Ils ont extrait l’ADN en effectuant une analyse des microbiomes et ont trouvé 48 taxons uniques dans des échantillons de poumons, 11 taxons uniques dans des échantillons de placenta et 24 taxons partagés.

Au cours de l’analyse, les chercheurs ont noté des changements importants dans la diversité des microbiomes pulmonaires entre la 11e et la 15e semaine de gestation et la 16e et la 20e semaine de gestation.