Les personnes soumises à des journées de chaleur “extrême” ont triplé depuis les années 1980

Selon une étude publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences, les jours de chaleur extrême ont augmenté de façon spectaculaire depuis les années 1980, et ont même triplé.[1]
Les chercheurs ont examiné les segments de la population exposés à des températures considérées comme dangereuses pour le corps humain et ont conclu que près d’1/5 de la population mondiale a été exposée à un nombre croissant de jours de chaleur extrême entre 1983 et 2016. Nous parlons de 1,7 milliard de personnes et beaucoup d’entre elles vivent dans des villes.

Effet d’île

En fait, ce sont surtout les citadins qui souffrent le plus de la hausse des températures, comme l’explique Cascade Tuholske, chercheur à l’Institut de la Terre de l’université Columbia à New York. Cette situation est due à deux facteurs : le changement climatique en cours et l'”effet d’îlot” dans les villes. Cet effet se produit surtout dans les espaces urbains où il y a peu de végétation et une certaine abondance de béton, d’asphalte et de constructions diverses qui ne font rien d’autre que d’emprisonner littéralement la chaleur.

Températures moyennes de plus de 13 000 villes

Et comme de plus en plus de personnes s’installent dans les villes et que celles-ci deviennent de plus en plus grandes dans différentes parties du monde, de plus en plus de personnes sont exposées à des niveaux de chaleur très élevés.
Les chercheurs ont utilisé des données sur les températures moyennes de plus de 13 000 villes dans différentes parties du monde. Par “chaleur extrême”, les chercheurs ont pris en compte non seulement la température, mais aussi le taux d’humidité, la vitesse du vent et la couverture nuageuse. L’ensemble de ces facteurs conduit à ce que l’on appelle la “température perçue”.

Effet du “globe terrestre à bulbe humide”.

Les chercheurs ont estimé qu’avec un certain nombre de facteurs concomitants, un effet de “bulbe humide” peut se produire dès 30° Celsius : une personne en bonne santé exposée au soleil commence à ressentir un stress thermique après 30 minutes d’activité physique, que ce soit pour le travail ou autre. Et les personnes âgées ne sont pas les seules à être touchées par le stress thermique.
Eh bien, le nombre de personnes vivant dans des zones urbaines exposées à des jours de chaleur extrême aurait augmenté de 200 % depuis les années 1980, bien que l’impact ne soit pas uniforme. Plusieurs villes ont vu plus de personnes exposées à des jours de chaleur extrême que d’autres villes. Parmi eux figurent Dhaka, Calcutta, Delhi et Bangkok.

Hot news

A ne pas manquer