Les hydrates de gaz stockés au fond des mers européennes : l’énergie du futur ?

Dans les zones oranges où l’hydrate de méthane pur est stable. Dans les zones bleues où il n’est pas stable mais où d’autres formes d’hydrates peuvent être stables (crédit : Doi : 10.1016/j.marpetgeo.2019.08.014 – ScienceDirect

Une étude intéressante réalisée par des chercheurs de l’Université de Southampton confirme l’existence de grands gisements d’hydrates de gaz pour combler le fossé entre les combustibles fossiles et les sources renouvelables si seulement ces dernières étaient utilisées.
Le gaz hydraté, ou  » hydrate de gaz « , aussi appelé  » glace en combustion « , est un gaz habituellement stocké en grande quantité sous une forme solide semblable à la glace. Il est constitué d’eau et de gaz naturel (souvent du méthane) et se trouve généralement sous le fond de la mer ou près de la côte.

Des recherches récentes avaient déjà montré que ce gaz pourrait jouer un rôle dans le remplacement du charbon dans les prochaines décennies, au moins jusqu’à ce que le niveau d’énergie renouvelable soit globalement suffisant.
Cette étude représente une sorte d' »inventaire » des gisements d’hydrates de gaz et a été réalisée dans le cadre du projet financé par la Commission européenne appelé MIGRATE (Marine Gas Hydrates : An Indigenous Resource of Natural Gas for Europe).

Les chercheurs ont identifié plusieurs sites où il y a des indications directes ou indirectes de la présence d’hydrate de gaz. Ces sites sont situés sur les côtes ouest et est du Groenland, dans l’archipel arctique du Svalbard, au large des côtes de la Norvège et à l’ouest de l’Irlande et dans certaines zones limitées de la mer Méditerranée, de la mer de Marmara et de la mer Noire.

 » Nous avons découvert que les hydrates de gaz sont particulièrement répandus autour de Svalbard, au large de la Norvège et dans la mer Noire, mais les systèmes d’hydrates n’ont été bien analysés que dans certaines zones, il pourrait donc y avoir encore beaucoup à découvrir « , déclare Tim Minshull, chercheur à l’Université de Southampton qui a dirigé l’équipe de l’étude.