Les glaciers de l’Everest fondent à une vitesse vertigineuse selon des photos satellites

Les glaciers de l’Everest, considéré comme la plus haute montagne du monde, fondent à un rythme bien plus rapide que jamais : c’est ce que suggère un article publié dans Live Science, citant des photos déclassifiées prises par des satellites espions.

Ces images ont été prises sur plusieurs décennies et permettent de voir et de calculer la fonte de la glace, même à long terme.
Ce sont précisément ces images qui montrent que, de 1962 à 2018, les glaciers à flanc de montagne ont été « sensiblement » réduits. Entre autres choses, le sujet a également fait l’objet d’une étude présentée lors de la réunion annuelle de l’Union géophysique américaine.

Il s’agit de plus de 800 000 photos prises par la C.I.A., dans le contexte de la guerre froide, puis déclassifiées en 1995. Parmi les différentes régions du monde photographiées par satellite, il y a aussi celle de l’Himalaya.
Les chercheurs ont analysé ces photos et les ont comparées à d’autres photos satellites (non classifiées) des années suivantes ou à des images prises par des avions et ont calculé la perte par rapport à la masse de glace des années 60 à aujourd’hui.

La comparaison est impitoyable : les glaciers semblent reculer de manière visible et exposer ensuite la roche en dessous, ce qui est bien calculable d’en haut.
Les premiers signes significatifs de réduction de la glace ont commencé dans les années 1960 : depuis 1962, le taux de perte des glaciers a été d’environ 20 cm par an.

De plus, au cours des dernières décennies, la même perte de glace semble s’être accélérée, une accélération qui aurait commencé au début des années 1980.
Parmi les divers dommages qui pourraient être causés par la perte de glace sur l’Everest, on trouve ceux liés à l’approvisionnement en eau douce de la région environnante.