Les femmes ont moins peur des bruits soudains s’il y a une personne près d’elles.

Les femmes réagissent moins à la peur de sons soudains et négatifs s’il y a une autre personne à côté d’elles : c’est la découverte faite par une équipe de chercheurs de l’Université de Würzburg et de l’Université de Pékin qui ont publié leur étude sur Actes de la Société royale B.

Contrairement à d’autres expériences impliquant la peur, les chercheurs ont mesuré le niveau de peur beaucoup plus directement grâce à des capteurs sur la peau qui ont mesuré les réponses chimiques.
Pas de questionnaires et pas de questions aux participants eux-mêmes, ce qui est en soi toujours influencé par le niveau de jugement du participant, qui peut bien sûr être largement modifié.

Les chercheurs ont utilisé une nouvelle technologie appelée « skin conductance response » (SCR) : grâce à des capteurs placés sur la peau, il est possible de comprendre le niveau d’excitation d’une personne, qu’il soit dû à un instinct sexuel ou à la peur, car des composés chimiques particuliers sont produits sur la peau.

Les capteurs, au moyen d’une petite charge électrique sur la peau, mesurent les changements de conductivité de la peau elle-même, changements qui sont causés par les mêmes produits chimiques. Plus la peau est conductrice, plus le degré d’excitation ou le niveau de peur est élevé.

Les chercheurs ont ensuite mené des expériences sur 97 volontaires. Ils ont dû s’asseoir à un bureau et écouter des bruits soudains et effrayants dans des écouteurs.
Les chercheurs ont constaté que lorsque les femmes étaient assises seules, elles ressentaient plus de peur que lorsqu’il y avait une autre personne, même un parfait étranger, à côté d’elles.