Les chaînes de Saint-Antoine sur WhatsApp chutent de 70 %

WhatsApp a enregistré un réduction de 70 en nombre de les messages transmis en raison des nouvelles restrictions imposées pour tenter d’endiguer la propagation de la fausses nouvelles par le biais de la demande. Cela semble avoir porté ses fruits, puisque Menlo Park a choisi limiter le nombre de contacts à un maximum d’un à laquelle vous pouvez faire suivre un message.

Au début du mois d’avril 2020 l’application de messagerie familiale Facebook avait pris la décision de réduire encore le nombre de contacts autorisés à envoyer un message en même temps. WhatsApp a été utilisé, pendant plusieurs semaines depuis le début de la pandémie de coronavirus, pour diffuser fausses nouvelles sans que Facebook puisse mettre un frein à la cryptographie utilisé pour protéger les conversations.

C’est pourquoi les messages, marqués comme « très bien transmis« a reçu une limitation qui a fait passer de 5 à 1 le nombre maximum de contacts auxquels un message pouvait être transmis. Le fonction de transmission des messages a été introduite sur WhatsApp en 2018 mais, malheureusement, elle a été largement utilisée pour diffuser de fausses nouvelles sans que l’entreprise puisse y mettre un frein comme elle le faisait sur son principal réseau social.

Protégé par le cryptage de bout en bout Les chats sont impossibles à modérer car WhatsApp lui-même ne peut pas accéder à leur contenu. Le choix de limiter la possibilité de transmettre simultanément un message à plusieurs contacts semble toutefois avoir découragé les gens à envoyer des messages suspects à plusieurs groupes ou personnes à la fois.

Depuis l’introduction de la nouvelle limite, on constate globalement réduction de 70 du nombre de messages fortement transférés envoyés sur WhatsApp. Ce changement contribue à maintenir WhatsApp comme un lieu de conversations personnelles et privées.« , explique un porte-parole de l’entreprise dans une note.

En plus de la limite de la fonction de transfert, WhatsApp peut désormais s’appuyer sur un robot d’information de l’Oms sur un service de vérification des faits et un centre d’information sur les coronavirus. Tous ces outils peuvent vous aider à réduire la désinformation permettant ainsi aux utilisateurs d’obtenir des informations vérifiées auprès de sources crédibles.