Les accusations antitrust américaines contre Amazon, Apple, Facebook et Google


Le procès de l’année contre Jeff Bezos d’Amazon, Tim Cook d’Apple, Mark Zuckerberg, co-fondateur de Facebook et Sundar Pichai, PDG de Google, commence. Quatre des grands souverains du monde numérique sont appelés par le Congrès américain à répondre à l’accusation de domination que leurs entreprises auraient dans leurs secteurs respectifs. Du commerce électronique aux systèmes d’exploitation pour smartphones et leurs logiciels, en passant par les réseaux sociaux et les moteurs de recherche, la commission veut des chèvres si elles étouffent la concurrence.

Ensemble, ils valent plus de cinq billions de dollars et l’acte d’accusation contre eux représente plus d’un million de pages rassemblées en plus d’une année d’enquêtes. En réalité, la position des quatre entreprises est différente et, curieusement, Microsoft est absent, récemment accusé en Europe par Slack de bloquer la concurrence.

Facebeook et Google, par exemple, sont sous le feu des conservateurs qui, Trump in the lead, les accusent de censurer les contenus liés aux républicains, alors qu’ils n’ont jamais pu prouver leurs dires. Apple est sur le banc des accusés pour sa politique sur l’app store, Amazon bien sûr pour ceux du secteur du commerce électronique.