L’épilepsie résistante aux médicaments, un nouveau composé très prometteur à base de vitamine K

Un nouveau médicament à base de vitamine K serait prometteur pour traiter l’épilepsie résistante aux médicaments, selon une déclaration sur le site de l’université de médecine de Caroline du Sud.
L’étude correspondante, publiée dans le Journal de la chimie médicinaleparle d’un nouveau composé créé par deux chercheurs, Sherine Chan et James Chou, qui s’avère être une forme modifiée de la vitamine K présente dans la nature.

Expérimentée sur des souris et des poissons zèbres, cette drogue a complètement éliminé l’activité convulsive. L’une des caractéristiques les plus intéressantes de cette découverte est que le médicament est « biodisponible par voie orale, a une excellente pénétration dans le cerveau, est rapidement distribué dans le système nerveux central et est bien toléré chez les souris et les rats », comme l’explique Mme Chan elle-même.
Il s’agit d’une nouvelle classe de composés anticonvulsifs qui peut être considérée littéralement comme une vitamine, comme l’explique M. Chou, bien qu’elle soit unique dans sa structure et différente de la plupart des composés fabriqués à cette fin.

Le médicament augmente la capacité des cellules du cerveau à produire de l’énergie. Ces cellules ont besoin d’une quantité considérable d’énergie qui est produite par les mitochondries. Lorsque les mitochondries sont endommagées ou ont des difficultés à produire suffisamment d’énergie, un dysfonctionnement mitochondrial est déclenché, ce qui est à la base de l’épilepsie ainsi que d’autres maladies neurologiques.
Jusqu’à présent, les chercheurs n’ont développé le médicament que sur des souris et des poissons zèbres et les résultats sont très encourageants.

Les deux chercheurs ont maintenant fondé Neuroene Therapeutics, une nouvelle start-up, pour poursuivre leur projet de création d’un médicament non seulement pour l’épilepsie mais aussi pour toutes les affections similaires résistantes aux médicaments causées par un dysfonctionnement mitochondrial.
« Si vous êtes capable de protéger vos mitochondries et de les aider à bien fonctionner et à produire suffisamment d’énergie, alors vous aiderez vos cellules cérébrales à rester en vie et à faire leur travail. C’est ainsi que nous pensons que ce composé aide à lutter contre les maladies neurologiques », explique M. Chan.