Le scarabée avec l’armure record qui peut supporter 39 000 fois son propre poids.

Nosoderma diabolicum (crédit : Jesse Rorabaugh, CC0 1.0, Wikimedia Commons)

Nosoderma diabolicum, également surnommé “scarabée cuirassé diabolique” (anciennement Phloeodes diabolicus), est un coléoptère appartenant à la famille des Zopheridae. On le trouve dans l’ouest de l’Amérique du Nord, mais ce qui est le plus intéressant chez cet insecte, c’est son exosquelette, l’un des plus solides du monde animal.

Il vit deux ans, un autre “presque” record

Ce coléoptère est incapable de voler et a une durée de vie moyenne d’environ deux ans. Cela reflète la solidité de sa coquille, qui est bien supérieure à la moyenne des autres coléoptères, qui se mesure en mois, voire en semaines.

Structure épaisse et complexe

Le coléoptère possède des élytres très épais, superposés comme s’ils étaient imbriqués. Ces élytres sont ensuite reliés à une structure de soutien complexe qui permet à l’insecte de résister à des forces pouvant être 39 000 fois supérieures à son poids corporel.

Force maximale de 149 Newtons

Les scientifiques ont estimé que la surface du corps de cet animal peut résister à une force maximale de 149 Newtons, soit à peu près la force exercée par 15 kg.
Selon les scientifiques, le secret réside dans la superposition complexe des différents appendices du corps, une structure qui confère à cet insecte une résistance mécanique extrême.

L’homme doit pouvoir supporter le poids de 40 chars

Si l’on compare la force du corps de l’insecte à celle de l’homme, ce dernier devrait être capable de supporter le poids de 40 chars blindés pesant près de 70 tonnes chacun. Avec une telle armure, le Nosoderma diabolicum peut résister à pratiquement tous les prédateurs, car très peu peuvent percer ce type de carapace.

L’enfant aurait du mal s’il voulait l’écraser.

Même pour un être humain, il serait très difficile de planter une épingle dans son corps sans d’abord faire un trou avec un autre instrument. De tels chiffres suggèrent également que si un enfant de cinq ans voulait l’écraser en marchant dessus avec un pied (et en soulevant l’autre pied du sol afin de mettre tout son poids sur l’insecte), il pourrait avoir du mal à l’endommager.

Vidéo

Hot news

A ne pas manquer