La production d’huile de noix de coco est plus nocive que celle d’huile de palme pour les espèces menacées

La production d’huile de noix de coco peut être encore plus nocive pour la nature et les animaux que la production d’huile de palme, selon une étude menée par Erik Meijaard, un chercheur de Borneo Futures, un centre de recherche de Brunei.
Ce n’est pas la première étude à mettre en lumière la question des forêts tropicales littéralement abattues pour produire de l’huile de coco, mais c’est l’une des premières études à comparer directement la production d’huile de coco avec celle d’huile de palme afin de comprendre laquelle est la plus nuisible à la nature.

Et les résultats semblent avoir été une surprise même pour les chercheurs eux-mêmes, comme l’explique Meijaard, probablement aussi parce que les médias et la communication en général nous ont « bombardés », à juste titre d’une certaine manière, de nouvelles concernant la question de la production d’huile de palme sans jamais toucher au sujet « huile de coco ».
A tel point que de nombreux acheteurs pensent que la production d’huile de coco est relativement inoffensive pour l’environnement. Apparemment, nous devons y réfléchir à nouveau.

L’étude a analysé les effets de la production d’huile de noix de coco sur les espèces animales et végétales menacées et a constaté que, par rapport à d’autres cultures oléagineuses comme l’huile de palme, cette industrie a un impact plus important par million de tonnes d’huile produite.
La production d’huile de noix de coco touche 20 espèces menacées par million de tonnes d’huile produite et la production d’huile de palme touche 3,8 espèces par million de tonnes. Huile d’olive 4.1 et huile de soja 1.3.

La raison en est que la production d’huile de noix de coco nécessite des cultures qui poussent principalement sur les îles tropicales, qui sont clairement plus riches en biodiversité et qui comptent davantage d’espèces uniques et menacées.
Parmi les espèces les plus menacées par la production d’huile de noix de coco, le chercheur a identifié le cerf-souris philippin (Tragulus nigricans) et le tarsier de Sangihe (Tarsius sangirensis), un petit primate sur une île indonésienne.