La matière noire, les scientifiques essaient de mesurer sa température…

Effet de la lentille gravitationnelle du télescope spatial Hubble

Une équipe de chercheurs de l’université de Californie à Davis tente de mesurer la température de la matière noire, cette substance imperceptible qui devrait constituer au moins un quart de tout ce qui existe dans notre univers.

Bien que nous ne sachions toujours pas de quoi est composée la matière noire, il est possible, selon les chercheurs, de détecter son niveau de température. C’est du moins l’avis de Chris Fassnacht, professeur de physique qui, avec ses collègues, tente d’analyser la distorsion qui se produit lorsque la matière noire déforme la lumière provenant d’objets lointains.
C’est l’effet appelé « lentille gravitationnelle », un effet qui nous permet d’observer des objets très éloignés les uns des autres dans certains cas autrement imperceptibles.

Selon le modèle standard, la matière noire devrait être « froide », c’est-à-dire composée de particules qui se déplacent relativement lentement, du moins par rapport à la vitesse de la lumière.
Selon Fassnacht, ce modèle ne fonctionne cependant pas bien à l’échelle des galaxies individuelles, mais seulement à l’échelle cosmique.
Selon le chercheur, la matière noire pourrait être « chaude » : les particules qui la composent pourraient être plus légères et se déplacer rapidement.

En analysant la lentille gravitationnelle produite par sept quasars distants, les chercheurs ont examiné les changements dans la matière noire qui produisent cet effet. Les résultats obtenus ont montré une limite inférieure à la masse potentielle d’une particule de matière noire. C’est une limite qui n’exclut pas totalement la matière noire froide.
« Nous devons examiner une cinquantaine d’objets pour bien saisir à quel point la matière noire peut être chaude », explique le chercheur, convaincu que cette étude pourrait s’avérer utile pour comprendre le niveau de température de la matière noire.