La fréquentation scolaire des enfants victimes de violence à l’égard des mères

La fréquentation régulière de l’école par les enfants et les jeunes peut être fortement et négativement affectée par la violence à l’encontre de leur mère.
C’est le résultat d’une nouvelle recherche publiée dans la revue Journal de la santé maternelle et infantile.

La recherche, menée par Anna M. Scolese, étudiante à l’université George Mason, est arrivée à la conclusion que 23,3 % des femmes ayant subi des violences de la part de leur partenaire ont déclaré que la fréquentation scolaire de leurs enfants avait été brusquement ou sévèrement interrompue en raison de la violence dont elles avaient été victimes.

Les chercheurs ont analysé des données sur 659 femmes de Mexico qui avaient récemment subi des violences domestiques et avaient un enfant de moins de 18 ans.
Les garçons les plus à risque en termes de fréquentation scolaire étaient les enfants de mères ayant subi des niveaux élevés de violence physique, par rapport aux garçons de mères ayant subi des niveaux faibles de violence physique.

« Nos résultats montrent que les enfants des femmes qui souffrent de violence et de blessures physiques importantes – avec ou sans violence sexuelle – sont plus exposés au risque de rupture scolaire. En bref, si une mère subit de graves violences physiques et des blessures dues à la violence intime d’un partenaire, cela est plus susceptible d’affecter la fréquentation scolaire de l’enfant », rapporte Scolese.