La fonte des glaces au Groenland dépasse le point de non-retour : il n’y a pas de retour possible

Les glaciers du Groenland auraient passé un « point critique » selon une nouvelle étude parue sur Nature Communications Terre et environnement. Les chercheurs du Byrd Polar and Climate Research Center de l’université d’État de l’Ohio ont utilisé les données de 40 ans d’observations par satellite du Groenland pour conclure que même si le réchauffement climatique s’arrêtait aujourd’hui, la calotte glaciaire groenlandaise continuerait à diminuer.
En effet, les chutes de neige qui remplissent périodiquement la même calotte glaciaire et qui vont renforcer les glaciers ne suivent tout simplement pas le rythme de ce qui fond.

Michalea King, l’auteur principal de l’étude, explique que la glace qui fond et se déverse dans l’océan est beaucoup plus importante que la quantité de neige qui s’accumule périodiquement à la surface de la même canopée.
Les chercheurs ont constaté que, au moins jusque dans les années 1990, cet équilibre entre la fonte de la glace et l’accumulation de neige et la promotion de la formation de nouvelle glace était toujours en place. Depuis les années 2000, la calotte glaciaire du Groenland perd plus de 450 gigatonnes (une gigatonne est un milliard de tonnes) de glace par an.
L’augmentation de la fonte des glaces a été constante jusqu’à une grande accélération au début des années 2000.

Le même chercheur a découvert que les grands glaciers du Groenland ont reculé d’environ 3 km en moyenne depuis 1985. Certains d’entre eux ont reculé si loin et si profondément qu’ils sont maintenant en contact avec une eau qui a tendance à être plus chaude. Cela accélère encore plus le processus de fusion. Il sera donc impossible de revenir aux positions antérieures, même si l’homme était capable d’arrêter le changement climatique et de ramener les températures, de façon assez absurde, à la période préindustrielle.