Il y a un trou dans la station spatiale mais vous ne le trouvez pas.

Tout a commencé le 20 août lorsque la NASA a publié une brève déclaration dans laquelle elle indiquait qu’une petite fuite d’air à l’intérieur de la station spatiale internationale avait été détectée, mais non localisée, de sorte que les trois membres d’équipage actuellement à bord de la station ont été invités à rester à l’intérieur du segment russe par mesure de précaution.
Le même communiqué suggérait qu’après quelques jours, tout reviendrait de toute façon à la normale. Cependant, 13 jours se sont écoulés et il n’y a toujours pas de déclaration de la NASA concernant la résolution du problème.

Fondamentalement, le trou qui cause la fuite d’air n’a pas encore été identifié. Actuellement, le taux de fuite reste stable, comme l’a expliqué Daniel Huot, un porte-parole de la NASA, et il n’y a donc pas d’inquiétude particulière pour l’équipage ou la station elle-même. Cependant, il est clair que tôt ou tard, il faudra localiser le trou, car la fuite risque d’augmenter plus ou moins soudainement et les réservoirs sous pression remplis d’azote et d’oxygène ne suffiront plus à amortir la fuite.
Dans tous les cas, toute situation d’urgence est prévue et il est également possible d’isoler complètement le module qui est en train de perdre du terrain.

Dans le pire des cas, les astronautes peuvent retourner sur Terre via le vaisseau spatial Soyouz MS-16, actuellement amarré à l’ISS.
Les spécialistes russo-américains sont toujours à l’œuvre et on suppose que la situation peut être résolue d’un jour à l’autre. Dès août 2018, des membres de l’ISS ont découvert un trou de 2 mm dans l’un des vaisseaux russes Soyouz ancrés à la station. L’affaire a fait beaucoup de bruit, car il semble que le trou ait été bouché par de la peinture qui s’est corrodée après que le navire ait atteint la station.