Il y a 90 millions d’années, il y avait une immense forêt tropicale au pôle Sud.

Représentation artistique d’une forêt tropicale au Pôle Sud (crédit : Alfred-Wegener-Institut / James McKay)

Des traces de forêts tropicales près du pôle Sud qui existaient il y a 90 millions d’années ont été découvertes par une équipe de chercheurs de l’Institut Helmholtz, en Allemagne, et de l’Imperial College de Londres.
Dans l’étude correspondante, publiée dans Nature Les chercheurs décrivent les analyses qu’ils ont effectuées sur les restes fossiles de racines, de pollens et de spores trouvés aux hautes latitudes de l’Antarctique.
Ces restes ont été trouvés après avoir foré dans les fonds marins près des glaciers de Pine Island et de Thwaites dans l’Antarctique occidental.

En analysant ces sédiments, les chercheurs ont constaté un réseau dense de racines fossilisées qui présentaient également plusieurs traces de pollen et de spores de plantes, y compris des plantes à fleurs, les premières jamais trouvées sous ces latitudes antarctiques.
Ce qui est exceptionnel, comme l’explique Tina van de Flierdt, du département des sciences de la terre et de l’ingénierie de l’Impérial, c’est que cette forêt tropicale a très probablement continué à pousser de manière luxuriante même pendant les mois d’obscurité inhérents à ces régions de la Terre. Cela signifie qu’à cette époque, le climat était encore plus chaud que jamais.

Selon les chercheurs, cela indiquait que les niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère étaient très probablement très élevés. Nous parlons d’une période, celle de la moyenne du Crétacé, entre 115 et 80 millions d’années.
C’était une époque où les dinosaures étaient les maîtres du monde mais aussi l’une des périodes les plus chaudes des 140 derniers millions d’années. Sous les tropiques, les températures atteignent régulièrement 35°C et le niveau de la mer est en moyenne 170 mètres plus élevé qu’aujourd’hui.

Cependant, malgré ces données, la présence d’une jungle luxuriante au sud du cercle antarctique n’était pas prévue, une zone qui se caractérise, entre autres, par une nuit polaire de quatre mois. Cela signifie que pendant un tiers de l’année, les plantes n’ont pas pu profiter de la lumière du soleil.
La présence de la forêt dans cette zone indique que les températures moyennes au pôle Sud et dans les environs étaient de 12 °C, soit environ 2° de plus que la température moyenne actuelle en Allemagne, un niveau qui rend improbable la présence d’une calotte glaciaire aussi grande et très épaisse que celle que nous pouvons voir aujourd’hui.

Les températures moyennes pendant les étés étaient d’environ 19°C, alors que la température de l’eau des rivières et des marécages pouvait peut-être dépasser 20°.
L’absence substantielle de masses glaciaires a été compensée par une végétation très dense et une forte concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère avec des niveaux de 1120 à 1680 ppm, niveaux bien plus élevés que les 1000 ppm précédemment supposés pour ces zones au cours de la période crétacée.