Glaciers de l’Himalaya contaminés par des sous-produits industriels depuis 1780

Les montagnes de l’Himalaya auraient été contaminées par les produits des industries humaines dès la fin du XVIIIe siècle. Déjà à cette époque, en effet, les sous-produits de la combustion du charbon des industries européennes voyageaient de l’Europe elle-même vers les glaciers de l’Himalaya central, à plus de 10 000 km de distance.
C’est le résultat intéressant obtenu par une nouvelle étude publiée dans Actes de l’Académie nationale des sciences ce qui montre, une fois de plus, à quel point, depuis la révolution industrielle de 1800, les taux de pollution de l’environnement ont augmenté dans le monde entier.

Selon Paolo Gabrielli, chercheur à l’université d’État de l’Ohio et principal auteur de l’étude, ces sous-produits ont été transportés par les vents vers les sommets de l’Himalaya et s’y sont en partie déposés.
Pour parvenir à ces conclusions, Gabrielli et ses collègues ont analysé des carottes de glace prélevées en 1997 sur le glacier Dasuopu, dans le centre de l’Himalaya.
Ce glacier est situé sur la montagne Shishapangma, l’une des 14 plus hautes montagnes du monde.

La glace prise par les chercheurs s’est formée entre 1499 et 1992, soit suffisamment de temps pour comprendre si l’activité industrielle humaine avait influencé l’environnement local.
Et en fait, les chercheurs ont trouvé des niveaux plus élevés de métaux toxiques, tels que le chrome, le nickel, le cadmium et le zinc, dans la carotte de glace analysée, dans les couches des années à partir de 1780, essentiellement depuis le début de la révolution industrielle dans le monde occidental.
Ce sont les sous-produits de la combustion du charbon, l’une des industries les plus présentes à cette époque.

Ces sous-produits ont probablement été transportés par les vents d’hiver qui parcourent la Terre d’ouest en est.
Certains de ces métaux, en particulier le zinc, peuvent provenir des grands feux de forêt allumés dans les années 1800 et 1900 pour défricher des zones forestières et faire place à des fermes et des zones cultivées.

C’est une période où la population humaine a connu une forte expansion, littéralement une explosion, ce qui a eu un effet sur toute la planète, même dans les régions éloignées de ce que l’on peut considérer comme les berceaux de la révolution industrielle.
Cependant, Gabrielli lui-même explique qu’il y a une différence entre « contamination » et « pollution ».

Le glacier Dasuopu est un cas de contamination : les niveaux de métaux étaient plus élevés qu’ils ne l’auraient été naturellement, mais pas au point d’être toxiques ou vénéneux pour les écosystèmes : « Cependant, à l’avenir, la bioaccumulation pourrait concentrer les métaux provenant des eaux de fonte à des niveaux toxiques dangereux dans les tissus des organismes vivant dans les écosystèmes en dessous du glacier », explique le chercheur.