Étrange mélange de rayonnements provenant de la magnétosphère découvert par les astronomes

Représentation artistique du magnétar SGR 1935 + 2154 (crédit : ESA)

Il est décrit comme un « mélange de radiations jamais vu auparavant » qui a été intercepté par une équipe internationale de chercheurs au cours d’une collaboration mondiale qui a vu l’utilisation de données collectées par différents télescopes. Ce rayonnement semble provenir d’une étoile morte dans notre galaxie et est d’un type qui n’a jamais été vu auparavant.
Les chercheurs pensent que deux phénomènes sont déjà connus : le magnétar et le fast radio burst (FRB).

Les premiers peuvent être considérés comme des restes d’étoiles avec des champs magnétiques très intenses, les plus intenses mais identifiés dans l’univers entier. Les magnétars peuvent soudainement devenir « actives » et émettre de violentes explosions de rayonnements de très haute énergie de très courte durée mais qui sont très puissants et brillants.
Les flashes radio rapides, en revanche, sont beaucoup plus mystérieux. Détectés pour la première fois seulement en 2007, ces événements cosmiques voient les ondes radio se propager pendant quelques millisecondes avant de disparaître. Leur propre interception est très rare et les chercheurs eux-mêmes ne savent pas vraiment ce qui les produit.

Revenant sur le phénomène intercepté par l’équipe de chercheurs, ceux-ci affirment avoir détecté une explosion de rayons de haute énergie provenant d’un magnétar, appelé SGR 1935 + 2154, découvert il y a six ans.
Ce dernier semble être redevenu actif, mais les chercheurs ont découvert qu’il émet non seulement des rayons X, comme c’est normalement le cas des magnétars qui deviennent soudainement actifs, mais aussi des ondes radio.

Ils ont remarqué une soudaine et très puissante rafale d’ondes radio parallèles à une émission de rayons X, un mélange provenant de la même position que le magnétar SGR 1935 + 2154.
« Nous n’avons jamais vu auparavant de rafale d’ondes radio, semblable à un Fast Radio Burst, provenant d’un magnétar », explique Sandro Mereghetti de l’Institut national d’astrophysique (INAF-IASF) de Milan.
Selon les chercheurs, les émissions de rayons X de la magnétar sont si magnétisées qu’elles peuvent également être détectées à des longueurs d’onde radio. L’étude complète a été publiée dans Lettres de la revue Astrophysical.