Émissions d’hydrogène dans l’atmosphère, augmentation de 70% au cours des 150 dernières années

Une équipe de chercheurs de l’université de Californie à Irvine a analysé l’air emprisonné dans différentes couches de glace de l’Antarctique pour calculer la quantité d’hydrogène moléculaire dans l’atmosphère au cours des 150 dernières années et est parvenue à des conclusions très importantes. Les chercheurs ont calculé une augmentation de 70 % de la présence d’hydrogène atmosphérique, une augmentation qui se serait produite au cours des 150 dernières années seulement.

L’hydrogène est passé de 330 à 550 parties par milliard.

Selon les chercheurs, l’hydrogène moléculaire dans l’atmosphère est passé de 330 à 550 parties par milliard entre 1852 et 2003. Les échantillons ont été prélevés près d’un site situé au pôle sud, près de Megadunes, en Antarctique.
John Patterson, l’un des principaux auteurs de l’étude, explique que l’air peut être piégé dans le manteau neigeux pérenne et la glace au-dessus de la calotte glaciaire du pôle sud et qu’il peut donc fournir des échantillons très utiles pour comprendre la composition de l’atmosphère sur des décennies ou des siècles : « Notre reconstitution paléo-atmosphérique des niveaux de H2 (hydrogène, ndlr) a considérablement amélioré notre compréhension des émissions anthropiques depuis le début de la révolution industrielle ».[1]

Hydrogène dans l’atmosphère : ne semble pas avoir diminué au cours des dernières décennies

Selon le chercheur, la présence accrue d’hydrogène dans l’atmosphère terrestre a été causée par les activités humaines, notamment les transports. Si les politiques de plusieurs pays ont effectivement permis de réduire les niveaux de monoxyde de carbone dans l’atmosphère, le même effet ne semble pas s’être produit pour l’hydrogène. Selon le chercheur, rien ne prouve que les émissions atmosphériques d’hydrogène ont diminué au cours des dernières décennies. Peut-être les sources de pollution atmosphérique non représentées par les véhicules ont-elles été sous-estimées.

Il pourrait y avoir de nouvelles augmentations des émissions d’hydrogène

En outre, selon les chercheurs, les émissions d’hydrogène pourraient encore augmenter dans un avenir proche, car l' »hydrogène neutre en carbone » devient de plus en plus populaire, notamment dans le secteur des transports.
Les chercheurs ont collaboré avec des collègues de la National Oceanic and Atmospheric Administration, de l’université du Colorado Boulder et de l’UC San Diego. L’étude a été publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences.[2]

Hot news

A ne pas manquer