El olvido que seremos et La llorona en tête des nominations pour le Prix PLATINO

Les prix PLATINO pour le cinéma et l’audiovisuel ibéro-américains ont déjà des finalistes pour leur VIIIe édition.

Gala des prix ibéro-américains du cinéma et de l’audiovisuel Platinoqui se tiendra le 3 octobre à Madrid et sera diffusé à la télévision dans toute la région ibéro-américaine, couronnera le meilleur film de fiction ibéro-américain. Parmi les nominés, le film colombien L’oubli que nous serons par Fernando Trueba, le Guatémaltèque La llorona par Jayro Bustamante, l’espagnol Les filles de Pilar Palomero et Nuevo orden du Mexique de Michel Franco. Dans la catégorie de la meilleure minisérie ou télésérie ibéro-américaine, la liste des finalistes est constituée du film mexicain Quelqu’un doit mourir, de Manolo Caro, l’espagnol Antidisturbios, de Rodrigo Sorogoyen et Isabel Peña, le colombien El robo del siglo, de Pablo González et Camilo Salazar Prince, et l’espagnol Patria, de Aitor Gabilondo.

La lecture des nominations, qui a eu lieu le lundi 19 juillet au matin dans l’auditorium de la Caja de la Música de la mairie de Madrid, a été donnée par Belén Rueda, Paulina García, lauréate du prix PLATINUM de la meilleure interprétation féminine lors de la 1ère édition, et Manolo Caro, qui a vécu en direct la nouvelle que sa série Alguien tiene que morir a obtenu 4 nominations. Dans la section télévision, la série qui a obtenu le plus de nominations est la série espagnole Patria, qui en compte 5, suivie de la série Alguien tiene que morir, déjà mentionnée, de la série colombienne Le vol du siècle et La casa de papel d’Espagne avec 4 nominations. Les films les plus nominés sont le film colombien El olvido que seremos de Fernando Trueba et le film guatémaltèque La llorona de Jayro Bustamante, tous deux avec 11 nominations.

Au cours de l’événement, présenté par la journaliste Elena Sánchez, l’hymne ibéro-américain, promu par les Prix PLATINO pour le Secrétariat général ibéro-américain, SEGIB, a également été présenté aux médias en commémoration de la Journée ibéro-américaine, célébrée chaque 19 juillet. Une mélodie composée par le musicien Lucas Vidal qui, comme les prix PLATINO, référence en matière de coopération et de cohésion des pays ibéro-américains, cautionne l’union culturelle de régions aussi diverses que jumelées. Ce nouvel hymne sera l’une des questions qui seront discutées lors de la réunion interne du SEGIB avant le 28e sommet ibéro-américain.

La présentation s’est déroulée en présence d’Enrique Cerezo, président de l’EGEDA et des prix PLATINO, et de Rebeca Grynspan, secrétaire générale du SEGIB, dans ce qui était l’un de ses derniers actes publics au poste qu’elle occupait jusqu’en 2022. Ils ont été rejoints par Miquel Iceta, récemment nommé ministre de la Culture et des Sports d’Espagne, Marta Rivera, ministre de la Culture de la Communauté de Madrid, José Luis Martínez Almeida, maire de Madrid, Adrián Solar, président de la FIPCA, Miguel Ángel Benzal, PDG d’EGEDA et des prix PLATINO, ainsi que Lucas Vidal lui-même, compositeur de l’hymne ibéro-américain, tous accompagnés de personnalités éminentes de la diplomatie ibéro-américaine et de l’industrie culturelle et audiovisuelle.

Les nominations

Dans la catégorie des Meilleur film de fiction ibéro-américain les films suivants étaient en compétition El olvido que seremos, La llorona, Las niñas et Nuevo Orden.tandis que les nominés pour Meilleur réalisateur sont Fernando Trueba pour L’oubli que nous seronsIcíar Bollaín pour La boda de Rosa, Jayro Bustamante pour La llorona et Michel Franco pour Nuevo orden.

Pour leur part, les actrices finalistes dans la catégorie des Meilleure performance féminine sont Candela Peña pour La boda de Rosa, María Mercedes Coroy pour La llorona, Regina Casé pour Três Verões et Valeria Lois pour Las siamesas. Meilleure performance masculine sont Alfredo Castro pour Tengo miedo torero, Diego Peretti pour El robo del siglo, Javier Cámara pour El olvido que seremos et Miguel Ángel Solá pour Crímenes Familia. Aux nouvelles catégories des Prix PLATINUM pour sa VIIIème édition, Meilleure performance masculine de soutien et Meilleure performance féminine de soutien, Alfredo Castro pour El príncipe, Diego Boneta pour Nuevo orden, Jorge Román pour Matar a un muerto et Julio Díaz pour La llorona dans la catégorie masculine, et Kami Zea pour El olvido que seremos, Nathalie Poza pour La boda de Rosa, Sabrina de la Hoz pour La llorona et Yanina Ávila pour Crímenes de familia dans la catégorie féminine.

Dans les catégories télévision, les personnes suivantes ont été nommées Meilleure mini-série ou télé-série cinématographique ibéro-américaine les déjà mentionnés Alguien tiene que morir, Antidisturbios, El robo del siglo et Patria. Dans le cas de la nomination pour Meilleur créateur d’une mini-série ou d’une télésérieune autre des nouveautés de la 8e édition des Prix PLATINUM, Aitor Gabilondo pour Patria, Álex de la Iglesia pour 30 monedas, Álex Pina pour La casa de papel et Rodrigo Sorogoyen et Isabel Peña pour Antidisturbios.

Pour leur part, les nominés pour le prix du Meilleure interprétation féminine dans une mini-série ou une télé-série sont Cecilia Suárez pour La casa de las flores, Elena Irureta pour Patria, Inma Cuesta pour El desorden que dejas et Marcela Benjumea pour El robo del siglo, tandis que les nominés pour la meilleure interprétation masculine dans une mini-série ou une télésérie sont Alejandro Speitzer pour Alguien tiene que morir, Álvaro Morte pour La casa de papel, Andrés Parra pour El robo del siglo et Eduard Fernández pour 30 monedas. Dans la catégorie des Meilleur second rôle masculin dans une mini-série ou une télé-série Christian Tappan pour El robo del siglo, Ernesto Alterio pour Alguien tiene que morir, Patrick Criado pour Antidisturbios et Rodrigo de la Serna pour La casa de papel sont en compétition pour le prix PLATINUM, tandis que Ester Expósito pour Alguien tiene que morir, Loreto Mauleón pour Patria, Najwa Nimri pour La casa de papel et Susana Abaitua pour Patria sont en compétition pour le prix du meilleur second rôle féminin dans une mini-série ou une télé-série.

Dans la section a Meilleur film documentaireles candidats sont Babenco – Alguém Tem que Ouvir o Coração e Dizer : Parou, de Bárbara Paz, Cartas mojadas, de Paula Palacios. El agente topo, de Maite Alberdi, et El año del descubrimiento, de Luis López Carrasco. Le prix PLATINUM du meilleur premier film ibéro-américain, qui récompense l’engagement des producteurs envers les nouveaux talents de l’industrie ibéro-américaine, sera attribué à Canción sin nombre de Melina León, Las niñas de Pilar Palomero, Matar a Pinochet de Juan Ignacio Sabatini et Matar a un muerto de Hugo Giménez.

En reconnaissance del Meilleur scénarioDavid Trueba est en lice pour El olvido que seremos, et ses rivaux dans cette catégorie sont Jayro Bustamante et Lisandro Sánchez pour le scénario de La llorona, Pilar Palomero pour Las niñas et Sebastián Schindel et Pablo del Teso pour Crímenes de familia. Les nominés dans la catégorie de la meilleure direction artistique sont Akelarre, El olvido que seremos, La llorona et Las niñas. Dans la catégorie de la meilleure musique originale, Akelarre, Canción sin nombre, El olvido que seremos et La llorona seront en compétition pour le prix PLATINUM.

En ce qui concerne les nominations techniques, El olvido que seremos, La llorona, Las niñas et le Mexicain Je ne suis plus là sera en compétition pour le prix du meilleur montage, tandis que Akelarre, El olvido que seremos, La llorona et Las niñas seront en compétition pour le prix PLATINUM de la meilleure cinématographie. Pour leur part, Akelarre, El olvido que seremos, La llorona et Ya no estoy aquí sont les candidats au prix de la meilleure réalisation sonore.

Les candidats à la reconnaissance en tant que Meilleur film d’animation sont El camino de Xico de Eric Cabello, La gallina Turuleca de Eduardo Gondell et Víctor Monigote, O Pergaminho Vermelho de Nelson Botter Jr. et Un disfraz para Nicolás de Eduardo Rivero. Enfin, les nominés pour le prix PLATINUM du cinéma et de l’éducation aux valeurs sont Adú, de Salvador Calvo, El agente topo, de Maite Alberdi, El olvido que seremos, de Fernando Trueba, et Nuestras madres, de César Díaz.

Hot news

A ne pas manquer