Des températures moyennes de plus en plus élevées, une augmentation des hospitalisations pour troubles cardiovasculaires

Le réchauffement climatique actuel augmenterait le nombre d’admissions liées aux maladies cardiovasculaires liées à la chaleur, selon l’étude publiée sur PLOS Médecine par des chercheurs de l’université de Monash, en Australie.
On sait généralement que la mortalité cardiovasculaire est liée aux pics de température, qu’il fasse froid ou chaud.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les données de plus de 1 800 000 personnes hospitalisées pour des problèmes cardiovasculaires dans le Queensland, en Australie, entre 1995 et 2016.
En même temps, ils ont recueilli des données sur la température quotidienne moyenne dans le Queensland sur la même période d’années. La température moyenne est passée de 20,9°C à 21,7°C. Dans le même temps, le nombre d’admissions pour troubles cardiovasculaires est passé de 46 730 à 123 477.

Les chercheurs ont constaté que l’impact de la chaleur sur la santé cardiovasculaire était légèrement plus important chez les hommes que chez les femmes et plus important chez les personnes de moins de 70 ans que chez les personnes de 70 ans et plus.
« Étant donné les associations croissantes entre les températures chaudes et l’hospitalisation pour maladies cardiovasculaires et l’accélération du réchauffement climatique, nous mettons en évidence une tendance inquiétante selon laquelle la charge des établissements de santé cardiovasculaire augmente avec le temps les jours où la température est élevée », expliquent les chercheurs.