Des phtalates trouvés dans les œufs de goélands argentés

Œufs et poussin de goéland argenté (crédit : C-M/Bewertungsseit, CC BY 3.0, Wikimedia Commons)

Des composés chimiques habituellement utilisés dans l’industrie du plastique ont été détectés par une équipe de chercheurs de l’Université d’Exeter et du Queensland dans plusieurs œufs de goélands argentés (Larus argentatus). Il s’agit de phtalates, des substances peu volatiles qui sont généralement utilisées pour rendre les plastiques plus souples et plus malléables.
Au niveau des systèmes biologiques, ces composés peuvent provoquer un stress oxydatif susceptible d’endommager les cellules.[1]

Comme l’explique Jon Blount, chercheur au Centre d’écologie et de conservation du campus de Penryn de l’université d’Exeter et l’un des auteurs de l’étude, les mères des goélands argentés veillent à ce que leur progéniture puisse acquérir les nutriments dont elle a besoin grâce à leurs œufs. En plus de ces nutriments, ils transmettent également des phtalates, des composés qui créent des dommages aux lipides et, entre autres, diminuent la quantité de vitamine E.[1] Ils acquièrent probablement ces composés via de minuscules morceaux de plastique qu’ils ingèrent en mangeant.

Les phtalates, comme d’autres composés chimiques non volatils, peuvent s’accumuler dans le corps des organismes vivants, y compris chez l’homme, notamment dans les tissus adipeux. « Des recherches plus approfondies sont maintenant nécessaires pour savoir comment les progénitures en développement sont affectées par l’exposition aux phtalates avant même leur éclosion », explique Blount dans la déclaration publiée sur le site web de l’université britannique.[1]

Hot news

A ne pas manquer