Des micro-robots magnétiques dans le corps pour régénérer le cartilage du genou

Les microrobots sphériques sont maintenus en position par des aimants externes (crédit : DOI : 10.1126 / scirobotics.aay6626 | Science Robotics)

Des microrobots qui, une fois greffés dans le corps, peuvent régénérer le cartilage du genou, du moins chez le lapin : tel est le résultat obtenu par certains chercheurs de différents instituts chinois et coréens qui ont publié leur étude sur Les progrès de la science.

L’un des troubles les plus courants chez les personnes âgées est la dégénérescence du cartilage, en particulier au niveau des hanches et des genoux. Le traitement le plus courant à ce jour consiste à remplacer l’articulation du genou ou de la hanche par des dispositifs artificiels.
C’est un problème assez grave si l’on considère également que les populations du monde entier vieillissent de plus en plus et que, par conséquent, les problèmes de ce type, liés au cartilage, sont de plus en plus répandus.

Cependant, des recherches antérieures avaient déjà montré que les cellules souches mésenchymateuses, celles présentes dans la moelle osseuse et la graisse, peuvent être transformées en cellules cartilagineuses en laboratoire et peuvent également être utilisées pour réparer le cartilage endommagé.
Cependant, le défi consistait à greffer ces cellules spéciales dans l’organisme et à les maintenir dans la bonne position pour qu’elles adhèrent aux tissus environnants et déclenchent la repousse du cartilage.

Il semble que les chercheurs chinois et coréens y soient parvenus : ils ont créé de minuscules sphères vides avec des trous faits d’un polymère appelé PLGA ou poly(acide lactique-co-glycolique). Ces petites sphères étaient ensuite saupoudrées d’un mélange de ferumoxytole (oxyde de fer) et de chitosan (un sucre).
Ces mêmes boules ont ensuite été remplies de cellules souches mésenchymateuses préalablement cultivées en laboratoire.

Enfin, les mêmes boules ont été insérées dans les genoux de différents lapins dont le cartilage était endommagé. Des aimants extérieurs au corps étaient utilisés pour les maintenir en place.
Après trois semaines, les chercheurs ont remarqué que le cartilage des genoux des lapins montrait des signes de rajeunissement et qu’en même temps les boules se vidaient.

Aujourd’hui, les chercheurs veulent effectuer des tests sur des animaux dont les genoux ressemblent davantage à ceux des humains pour voir si une telle technique peut être utilisée sur des personnes.