Des chaussures imprimées en 3D pour les oiseaux souffrant d’infections du pied

Les chaussures ont également été testées sur un caracara, un oiseau de proie originaire d’Amérique du Sud (crédit : Jurong Bird Park).

Des chaussures imprimées en 3D pour les oiseaux de proie souffrant d’infections des pieds. C’est le projet auquel travaillent des chercheurs qui ont préparé de nouveaux moules en silicone pour certains oiseaux de proie d’un parc protégé qui souffrent de pododermatite ulcéreuse, une infection bactérienne qui se propage principalement aux extrémités des pattes des oiseaux et d’autres animaux comme les lapins et les rongeurs.
Le projet est mené par une équipe de vétérinaires aviaires du Keio-NUS CUTE Center et du Jurong Bird Park (Université nationale de Singapour, NUS) qui tentent depuis deux ans de créer des chaussures en silicone via des imprimantes 3D pour les oiseaux atteints de cette infection dans un parc animalier local.

Pododermatite

La pododermatite est une infection grave qui se propage principalement dans la zone du pied et qui entraîne des escarres ainsi qu’un gonflement des tissus et des callosités. Elle peut devenir invalidante pour les oiseaux et peut même entraîner la mort. Les chaussures de protection, fabriquées en silicone, soulagent la douleur car elles redistribuent la pression du corps sur une plus grande surface des pieds. La qualité de vie des oiseaux, comme le révèle le communiqué de l’Université de Singapour, s’améliore de façon spectaculaire.
“Alors que la pododermatite peut être traitée avec des bandages traditionnels, nous voulions une solution plus personnalisée et innovante pour traiter le patient”, explique Xie Shangzhe, chef du Mandai Wildlife Group qui supervise le projet.

Chaussures pour oiseaux déjà testées sur un vautour

Des chaussures en silicone imprimées en 3D ont vu le jour après deux mois de conception, d’étude et de développement créatif. Finalement, les chaussures ont été testées sur un vautour femelle de 21 ans. L’oiseau a été suivi pendant 17 semaines après l’application, montrant qu’il pouvait préparer une zone de nidification sur le rebord d’un rocher. Malgré quelques problèmes, ses symptômes se sont tellement améliorés qu’au bout de plusieurs mois, les chercheurs ont retiré les chaussures à l’oiseau, qui n’en avait plus besoin.
Le plus intéressant est la souplesse de la personnalisation : les “chaussures” peuvent avoir différentes formes et tailles et s’adapter à pratiquement toutes les conditions et à toutes les pattes des oiseaux de diverses espèces.

Hot news

A ne pas manquer