Découvrez la supernova la plus brillante et la plus puissante jamais trouvée

Elle est plus brillante et plus énergique que toute autre supernova jamais découverte par les chercheurs de l’université de Birmingham (crédit : Aaron Geller, Northwestern University)

Il s’agit de la plus brillante supernova jamais découverte par une équipe de chercheurs de l’université de Birmingham. Selon les mêmes chercheurs, qui ont collaboré avec des chercheurs d’autres institutions, la supernova, appelée SN2016aps, est au moins deux fois plus brillante et énergique que toute autre supernova jamais détectée et probablement même beaucoup plus massive.
Il pourrait s’agir d’une supernova à instabilité de couple, un type particulier de supernova qui voit une réduction de la pression thermique dans le noyau d’une grande et massive étoile provoquée par la soi-disant production de couple, c’est-à-dire la production d’électrons et de positrons provoquée par les collisions entre les noyaux atomiques et les rayons gamma.

C’est une supernova très rare et on pense qu’elle se produit lorsque deux très grandes étoiles fusionnent avant d’exploser. L’explosion serait alors causée par la collision entre la supernova et une énorme coquille de gaz, gaz qui a été libéré par l’étoile pendant les années précédant l’explosion.
Dans leur étude, publiée dans Astronomie de la natureLes chercheurs expliquent comment ils ont mesuré la supernova en utilisant deux échelles : celle de l’énergie totale de l’explosion et celle de la quantité de cette énergie qui est émise sous forme de lumière ou de rayonnement observable.

« Dans une supernova typique, le rayonnement représente moins de 1 % de l’énergie totale. Mais dans SN2016aps, nous avons découvert que le rayonnement était cinq fois plus important que l’énergie de l’explosion d’une supernova de taille normale. C’est la plus grande quantité de lumière que nous ayons jamais vue émise par une supernova », explique Matt Nicholl, chercheur à l’école de physique et d’astronomie de l’université de Birmingham, auteur principal de l’étude.
Les chercheurs ont observé cette explosion pendant deux ans et lorsque la luminosité a commencé à diminuer jusqu’à 1 %, ils ont pu calculer la masse de la supernova. Elle devrait avoir entre 50 et 100 fois la masse de notre Soleil, une masse énorme si l’on considère que les supernovae ont en moyenne entre 8 et 15 masses solaires.

De plus, les chercheurs ont découvert une autre énigme liée à la supernova SN2016aps : le gaz détecté était principalement de l’hydrogène mais une étoile aussi grande et massive aurait perdu ce gaz par les vents stellaires avant le début de la pulsation. Selon les astronomes, cela s’explique par le fait que deux étoiles, un peu moins massives, d’environ 60 masses solaires, ont fondu avant l’explosion. Les étoiles ayant une masse plus faible peuvent en fait retenir l’hydrogène pendant une période plus longue, tandis que la masse combinée est alors si importante qu’elle déclenche le processus d’instabilité du couple, comme l’explique Nicholl.

Maintenant que l’on sait que ces énormes explosions peuvent se produire, le nouveau télescope spatial James Webb, qui devrait bientôt être lancé, pourrait être utilisé pour en découvrir encore plus ou même pour remonter le temps afin de découvrir la mort des premières étoiles de l’univers, comme l’explique Edo Berger, chercheur à Harvard et l’un des auteurs de l’étude.