Découverte d’un champ magnétique autour d’une exoplanète, pour la toute première fois

Crédit : urikyo33 , Pixabay, ID : 6138959

Des chercheurs ont découvert, et c’est la première fois, un champ magnétique autour d’une exoplanète, c’est-à-dire autour d’une planète située en dehors de notre système solaire. La découverte a été faite lorsque les chercheurs ont analysé l’exoplanète HAT-P-11b. La planète, dont la masse représente environ 8 % de celle de Jupiter, tourne autour de l’étoile HAT-P-11. Il s’agit probablement d’une très petite planète jovienne, peut-être une mini-Neptune ; le système se trouve à environ 123 années-lumière de nous.

Champs magnétiques planétaires

Nous savons qu’il existe un champ magnétique relativement fort autour de notre planète, qui a été essentiel au développement de la vie. Notre champ magnétique nous protège, en particulier, des particules énergétiques provenant du Soleil. Nous ne savons pas si les champs magnétiques jouent un rôle similaire sur d’autres planètes et nous ne savons même pas s’ils sont communs ou non.
Nous savons, par exemple, qu’il existe un champ magnétique autour de Mars, mais aussi que le champ magnétique autour de la planète rouge est beaucoup plus faible que sur Terre. En général, les informations dont nous disposons sur les champs magnétiques autour des planètes sont très rares et concernent presque exclusivement les planètes de notre système solaire.

Magnétosphère détectée autour de l’exoplanète HAT-P-11b

Les chercheurs ont utilisé les données recueillies par le télescope spatial Hubble pour détecter les ions carbone autour de l’exoplanète HAT-P-11b grâce à des observations dans l’ultraviolet. Les chercheurs ont identifié une magnétosphère, une région magnétique autour de la planète, composée de particules chargées qui interagissent avec les champs magnétiques.

Habitabilité planétaire

Il s’agit également d’une découverte importante pour la compréhension du niveau d’habitabilité d’une planète. Comme mentionné plus haut, la présence d’un champ magnétique autour d’une planète, du moins pour autant que nous le sachions, est pratiquement essentielle au développement de la vie, comme l’explique également Gilda Ballester, professeur à l’université d’Arizona et l’un des chercheurs qui ont réalisé l’étude.
Le champ magnétique protège contre le bombardement de particules chargées provenant de l’étoile et a une très grande influence sur l’évolution même de la vie.

La magnétosphère de HAT-P-11 b ressemble à celle de la Terre.

Selon M. Ballester, la planète HAT-P-11 b était une “cible très intéressante”, notamment parce que la magnétosphère identifiée par les observations de Hubble apparaissait “à la fois comme une composante ionique étendue autour de la planète et comme une longue queue d’ions s’échappant”.
La physique de la magnétosphère de HAT-P-11b semble être très similaire à celle de la Terre. Cependant, HAT-P-11b est beaucoup plus proche de son étoile que la Terre. La distance qui le sépare de l’étoile n’est en fait qu’un vingtième de la distance entre la Terre et le Soleil. Son atmosphère doit donc être beaucoup plus chaude, à tel point qu’elle est probablement en train de ” bouillir “, ce qui expliquerait également la queue magnétique détectée par Hubble.

Faible métallicité

Enfin, les chercheurs ont découvert un niveau inhabituellement bas de métallicité atmosphérique (présence d’éléments chimiques plus lourds que l’hydrogène et l’hélium) sur la planète HAT-P-11b, une information qui remet en question les modèles dont nous disposons actuellement concernant la formation des exoplanètes.

Notes

  • Signatures d’une forte magnétisation et d’une atmosphère pauvre en métaux pour une exoplanète de la taille de Neptune | Nature Astronomy (DOI : 10.1038/s41550-021-01505-x)
  • Hot news

    A ne pas manquer