Découverte d’ignimbrite dans des cratères martiens : signifie qu’il y a eu des éruptions explosives cataclysmiques sur Mars

Affleurement d’un substrat rocheux sur Mars particulièrement riche en olivine (crédit : NASA/JPL/Cornell/ASU)

Le substrat rocheux de deux cratères sur Mars a été analysé par une équipe de chercheurs dirigée par Steve Ruff, de l’école d’exploration de la Terre et de l’espace de l’Arizona State University. Les chercheurs ont conclu, dans une étude publiée dans la revue Icarus, que ce substrat pourrait être constitué d’une roche appelée “ignimbrite”. Il s’agit d’un type de roche qui se forme sur Terre après des éruptions explosives cataclysmiques qui entraînent la formation de caldeiras volcaniques géantes.

Données recueillies par plusieurs sondes

Les chercheurs ont analysé les données recueillies par plusieurs sondes lancées en orbite ou à la surface de Mars. Ils se sont concentrés en particulier sur l’intérieur du cratère Gusev et sur l’intérieur et les environs du cratère Jezero.
Si le substrat rocheux, qualifié d’énigmatique dans le communiqué de la NASA car particulièrement riche en olivine, est effectivement aussi constitué d’ignimbrite, une roche de nature ignée mais aussi sédimentaire, il faudrait en conclure que des éruptions explosives massives ont eu lieu dans cette région de Mars.

Olivine sur Mars : un débat qui dure depuis des années

Comme l’explique Ruff lui-même, le débat concernant l’origine du substrat rocheux particulièrement riche en olivine qui recouvre plusieurs zones de la région appelée Nili Fossae, où se trouve le cratère Jezero, et qui fait l’objet de plusieurs études toujours menées par le rover Persévérance, dure depuis plusieurs années, presque 20.
L’olivine est un silicate minéral formé à partir du magma qui s’échappe du manteau de Mars, un processus qui se produit également sur notre planète. Selon les chercheurs, les phénomènes volcaniques doivent être la seule explication raisonnable à la présence particulière d’olivine dans cette zone.

La découverte de l’ignimbrite

La découverte de l’ignimbrite a été faite par l’équipe grâce à l’analyse des images du rover Spirit. Les chercheurs ont notamment analysé la texture inhabituelle des roches en la comparant à celle de plusieurs roches sur Terre. Ils ont finalement découvert une nette similitude entre ces textures martiennes et celles des roches volcaniques de la Terre appelées ignimbrites. Ces derniers, sur Terre, sont formés de coulées de cendres pyroclastiques, de ponces et de matériaux qui s’échappent de grandes explosions volcaniques.

Nuage enveloppant de gaz chauds, de cendres et de pierres ponces presque fondues.

“Imaginez un nuage enveloppant de gaz chauds et de cendres et de pierres ponces presque fondues traversant le paysage sur des dizaines de kilomètres et s’accumulant en couches de plusieurs centaines de mètres d’épaisseur en quelques jours”, explique Mme Ruff. Un exemple sur terre est la région du parc national de Yellowstone. Dans cette région, il y a plusieurs zones avec des roches de couleur jaune : ce sont des ignimbrites qui se sont formées il y a environ 2,1 millions d’années dans une énorme caldeira volcanique.

Hot news

A ne pas manquer